10.000 euros d'amende pour Roland Dumas dans une affaire de détournement de fonds

  • A
  • A
10.000 euros d'amende pour Roland Dumas dans une affaire de détournement de fonds
La commune de Pont-Saint-Esprit dans le Gard, lésée dans cette affaire, va aussi être indemnisée. Image d'illustration.@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

La justice l'a reconnu coupable d'avoir détourné de l'argent destiné au préalable à une étude sur de la vidéosurveillance pour une commune.

L'ancien ministre socialiste et ex-président du Conseil constitutionnel Roland Dumas a été condamné vendredi à 10.000 euros d'amende à Nîmes pour recel de détournement de fonds, dans une affaire pour laquelle un autre ancien ministre socialiste Gilbert Baumet a été condamné à 4 mois de prison et 20.000 euros d'amende.

De l'argent pour de la vidéosurveillance… Roland Dumas, qui fut ministre des Affaires étrangères, et Gilbert Baumet, ministre délégué au Commerce du gouvernement Bérégovoy, tous deux absents lors de l'audience devant le tribunal correctionnel vendredi, étaient poursuivis dans une affaire ayant trait à une étude sur la vidéosurveillance et un système de lecture automatique de plaques d'immatriculation, commandée à Roland Dumas par Gilbert Baumet à l'époque où il était maire de Pont-Saint-Esprit dans le Gard.

… utilisé pour payer des frais d'avocat. La justice soupçonne que cette étude, qui n'a pu être retrouvée par les enquêteurs du SRPJ de Montpellier, ait en réalité servi à payer une partie des honoraires d'avocat de Roland Dumas. Ce dernier, aujourd'hui âgé de 94 ans, avait défendu Gilbert Baumet dans une affaire de malversations, liée à la gestion du comité du tourisme de Pont-Saint-Esprit, jugée en 2006.

8.348 euros pour la commune lésée. Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet, alors que les avocats de Gilbert Baumet et Roland Dumas avaient plaidé la relaxe de leurs clients lors de l'audience en juillet dernier. Les deux hommes politiques ont par ailleurs été condamnés à verser à la commune de Pont-Saint-Esprit, partie civile dans cette affaire, la somme de 8.348 euros, soit le montant de l'étude sur la vidéosurveillance.