Un protocole très codifié pour le retour sur Terre de Thomas Pesquet

  • A
  • A
Un protocole très codifié pour le retour sur Terre de Thomas Pesquet
@ THOMAS PESQUET / ESA/NASA / AFP
Partagez sur :

Thomas Pesquet est parti il y a 196 jours en quasi inconnu. Six mois plus tard, il revient dans l’atmosphère en star mondiale, atterrissant dans les plaines fleuries du Kazakhstan. 

C'est la fin de l'impesanteur pour Thomas Pesquet. Après six mois à 400 km de la planète bleue, l'astronaute va atterrir dans les steppes d'Asie Centrale, au Kazakhstan, vendredi après-midi. Un protocole très codifié l'attend : fleurs tout autour de la capsule, chapeau kazakh et poupées russes pour l'accueillir. 

De l'herbe, avec des fleurs violettes. A une heure du coucher de soleil, lumière rasante sur les plaines d’Asie centrale. 23°C dans l’atmosphère, la capsule de Thomas Pesquet touchera terre. Et selon Dominique Detain, de l’Agence spatiale européenne (ESA), s’en suivra un rituel presque inchangé depuis le premier retour sur Terre, effectué par Youri Gagarine. "C’est presque une réminiscence des retours des astronautes soviétiques", raconte-t-il, à une époque "où on voyait ces grands champs. On voit le parachute, la capsule et puis les gars sortent. Il y a de l’herbe, avec des petites fleurs violettes."


Il va communiquer avec sa famille. Et dans les fleurs, le sprint des équipes de secouristes médecins pour extraire l’astronaute, l’asseoir dans un fauteuil, tant il sera incapable de tenir debout sous le poids de la gravité retrouvée. L’ingénieur Romain Charles, logisticien de cette mission, sera l’un des premiers à ses côtés. Tout d’abord, "il va communiquer avec sa famille", indique-t-il. Avec le téléphone satellite, il pourra "décrire l’atterrissage".



Un rituel incontournable. Mais avant de revoir ses proches, le cosmonaute redevenu homme devra passer par un autre rendez-vous immuable : une cérémonie où Thomas Pesquet se verra coiffer d’un chapeau kazakh, remettre des poupées russes à son effigie. Rituel désuet certes, mais incontournable pour l’aérospatial russe.