Un "monstre" de 40 tonnes derrière la plus longue succession de pas de dinosaures

  • A
  • A
Un "monstre" de 40 tonnes derrière la plus longue succession de pas de dinosaures
Ces traces qui s'étendent sur plus de 150 mètres avaient été mises au jour en 2009 lors d'une campagne de fouilles à Plagne.@ AFP
Partagez sur :

Une "piste" de 110 pas découverte en 2009 en France, a été laissée par un sauropode de près de 40 tonnes, long de plus 35 mètres et se déplaçant à 4 km/h.

Plus longue succession de pas au monde d'un dinosaure, une "piste" de 110 pas découverte en 2009 en France, a été laissée par un sauropode de près de 40 tonnes, long de plus 35 mètres et se déplaçant à 4 km/h. Le marcheur, un dinosaure au long cou, appartient à la famille des sauropodes, la classe de dinosaures qui abrite les plus grands animaux ayant jamais parcouru la surface de la Terre.

Ces traces qui s'étendent sur plus de 150 mètres avaient été mises au jour en 2009 lors d'une campagne de fouilles à Plagne, une localité du massif du Jura, dans l'est de la France. Depuis, des recherches complémentaires ont permis d'en savoir un peu plus sur ce monstre. D'au moins 35 mètres de long et d'un poids de 35 à 40 tonnes, l'animal a laissé des empreintes de pieds "de 94 à 103 cm", précise un communiqué du CNRS diffusé lundi. Avec ses enjambées d'environ 2,80 m, l'animal se déplaçait à une vitesse de 4 km/h.

Des traces vieilles de 150 millions d'années. Les travaux, publiés dans la revue Geobios, ont également permis de mieux décrire les énormes pattes de l'animal: les traces de pieds "portent cinq marques de doigts elliptiques, tandis que les mains présentent cinq marques de doigts circulaires, organisées en arc de cercle". Selon les chercheurs, ces traces sont vieilles de 150 millions d'années et ont été laissées à une période où la région de Plagne était recouverte d'une mer chaude et peu profonde, parsemée de nombreuses îles, à la végétation suffisamment fournie pour nourrir de telles créatures.

Une autre série de pas découverte. "Au gré des fluctuations du niveau marin, ces chapelets d'îles devaient se connecter afin que ces grands vertébrés puissent migrer depuis les terres émergées du Massif Rhénan", précise le communiqué. Sur le même site, les chercheurs ont également mis au jour d'autres séries de pas, dont une de 18 pas s'étalant sur 38 mètres laissée par un monstre carnivore.