Un groupe de primates en voie de disparition repéré au Vietnam

  • A
  • A
Un groupe de primates en voie de disparition repéré au Vietnam
Les langurs de Delacour, au pelage noir et blanc, sont devenus de plus en plus rares au Vietnam. @ NGUYEN VAN TRUONG / FFI / AFP
Partagez sur :

Une ONG annonce avoir aperçu un groupe d'une quarantaine de langurs de Delacur. 

Un groupe de primates d'une espèce en voie de disparition, qui ne se trouve qu'au Vietnam, a été repéré dans le pays d'Asie du Sud-Est, suscitant les espoirs des scientifiques.

Un groupe de quarante primates repérés. Les langurs de Delacour, au pelage noir et blanc, sont devenus de plus en plus rares au Vietnam en raison du braconnage et du développement des exploitations minières dans les forêts du nord du Vietnam où ils vivaient en nombre il y a encore quelques années. Mais un groupe de l'ONG Fauna and Flora International (FFI) a annoncé avoir repéré un groupe d'une quarantaine d'individus. Cette découverte porte la population des langurs de Delacour à près de 250 dans le pays, contre 300 au début des années 1990.

De nombreux jeunes dans le groupe. "C'est une très bonne nouvelle pour cette espèce. Si nous n'avions pas trouvé ce nouveau groupe, cela aurait signifié qu'ils étaient en grand danger de disparaître complètement d'ici dix ans", s'est réjouie Akofa Wallace, de Fauna and Flora International. Elle s'est particulièrement réjoui du fait que le groupe comportait de nombreux jeunes. Cette espèce, découverte dans les années 1930 par un scientifique français, Jean-Théodore Delacour, n'a été répertoriée qu'au Vietnam.

Menacés par la cuisine traditionnelle. "Nous continuons de travailler avec les autorités et les communautés locales pour que les langurs de Delacour ne soient pas les premiers primates à disparaître au cours du siècle", a ajouté le responsable de FFI pour le Vietnam, Benjamin Rawson. Le Vietnam compte de nombreuses espèces menacées de disparition, notamment les antilopes des montagnes Saola, la tortue de la rivière Rouge ou le singe du Tonkin à nez retroussé. Une des difficultés inhérentes au Vietnam tient au fait que les Vietnamiens, comme leurs voisins chinois, mangent de nombreux animaux, non seulement les chats et chiens, mais aussi des tortues.

Certaines espèces sont aussi menacées par leur usage dans la médecine traditionnelle chinoise.