Un bouclier magnétique se forme autour de Tchouri

  • A
  • A
Un bouclier magnétique se forme autour de Tchouri
@ ESA/ROSETTA/NAVCAM / AFP
Partagez sur :

SCIENCES - La comète, analysée par la sonde Rosetta, se constitue un bouclier pour se protéger des particules solaires. 

Les super-héros ont parfois leurs boucliers. Les comètes aussi. Grâce à Rosetta qui tourne actuellement en orbite autour de 67P-Tchourioumov-Gerassimenko, Tchouri de son petit nom, on sait en effet qu'un bouclier est en train de se former autour de la comète. L'intérêt ? Se protéger du bombardement de particules dont elle est victime. C'est tout du moins ce que rapporte un article récent de la revue Sciences.

>> LIRE AUSSI - Rosetta et Philae 2015 : demandez le programme 

Molécules d'eau+gravité. On sait grâce aux analyses menées par Rosetta et ses instruments scientifiques que ce fameux bouclier est composé de molécules d'eau. Ces dernières ne sortent pas de nulle part. 



Au fur et à mesure que Tchouri se rapproche du soleil, elle fond peu à peu, laissant échapper de nombreux gaz ainsi que de la vapeur d'eau. Cette dernière, retenue par la gravité de Tchouri, constitue une sorte d'atmosphère qui protège la comète des particules solaires qui arrivent vers elle à grande vitesse. Les molécules d'eau présentes dans le bouclier, soumises au rayonnement solaire, se chargent alors en électricité. Voilà pourquoi le bouclier de protection est dit magnétique. Le phénomène sera alors à son maximum en août lorsque la comète sera au plus près du soleil.

>> LIRE AUSSI - Rosetta révèle de nouvelles images de la comète Tchouri 

La Terre, elle, a deux boucliers. La Terre, Mars ou Vénus sont pourvues aussi de boucliers magnétiques. Notre planète est ainsi entourée de la "ceinture de Van Allen", du nom de son découvreur en 1958. Elle est constituée de deux couches de particules énergétiques, situées respectivement entre 700 et 10.000 kilomètres et entre 13.000 et 65.000 kilomètres d'altitude. Leur rôle est d'empêcher les particules et vents solaires d'atteindre la surface terrestre. 

En décembre 2014, des physiciens ont même découvert l'existence d'un autre bouclier, situé entre les deux couches de la ceinture de Val Allen, c'est-à-dire à 11.000 kilomètres d'altitude. Il arrête ce que les scientifiques appellent "les électrons tueurs", des particules surchargées en électricité et qui se déplacent à la vitesse de la lumière.
>> LIRE AUSSI - Après Rosetta, préparez-vous à décoller vers Jupiter