Surveillance du passage d'un astéroïde : exercice réussi

  • A
  • A
Surveillance du passage d'un astéroïde : exercice réussi
L'astéroïde 2012 TC4, photographié ici par l'ASA, est passé à 44.000 kilomètres de notre planète.@ AFP
Partagez sur :

Comme prévu, le passage de cet astéroïde  jeudi matin près de la Terre s'est déroulé sans aucun incident. 

Un petit astéroïde très brillant est passé jeudi près de la Terre, sans la toucher comme prévu, offrant l'occasion aux astronomes de s'exercer à suivre ce type d'objet céleste potentiellement dangereux pour la planète. "Je considère que l'exercice est un grand succès", a déclaré Detlef Koschny, codirecteur du segment Objets géocroiseurs (Near-Earth Objects) de l'Agence spatiale européenne (ESA). "Nous avons fait comme si c'était un objet 'critique' (ce qui n'était pas le cas) et nous nous sommes exercés sur le plan de l'échange d'informations, en utilisant des télescopes et des systèmes radar", a ajouté le scientifique.

Aucun risque. "Nous étions bien préparés et la plupart des observations et communications ont fonctionné comme prévu", selon lui. Dans les jours précédant son passage, la Nasa et l'ESA avaient souligné qu'il n'y avait aucun risque que cet astéroïde touche la Terre. Il n'y a "aucun danger, y compris pour les satellites", avait dit l'astronome Michael Kelley, de la division Etude des planètes à la Nasa.

Un astéroïde grand de 10 à 12 mètres. L'astéroïde 2012 TC4, qui s'est trouvé à moins de 44.000 kilomètres de notre planète, s'est révélé "plus petit que prévu et mesure 10 à 12 mètres", a indiqué Detlef Koschny. Les astronomes pensaient qu'il faisait entre 20 et 30 mètres, soit une taille proche du météore qui s'était désintégré au dessus de la ville de Tcheliabinsk dans le centre de la Russie en février 2013. En apercevant le bolide lumineux dans le ciel, les gens s'étaient précipités aux fenêtres mais l'onde de choc avait fait éclater les vitres. Cela avait fait plus de 1.300 blessés.

Un grand nombre de télescopes ont pu suivre l'objet ces derniers jours et certains astronomes amateurs ont pu également faire des images, indique le scientifique. Le grand radar d'Arecibo à Puerto Rico ne fonctionnait pas en raison du passage récent d'ouragans. "Mais par chance, un autre radar américain a pu être utilisé ces dernières nuits", explique-t-il.