Sciences : l'Homme naît avec la peur instinctive des araignées et des serpents

  • A
  • A
Sciences : l'Homme naît avec la peur instinctive des araignées et des serpents
Les scientifiques ont observé les réactions de bébés soumis à des images d'araignées et de serpents. @ AFP
Partagez sur :

Cette phobie est "héréditaire", selon une étude publiée dans la revue "Frontiers in Psychology".

Une étude, publiée dans la revue Frontiers in Psychology, démontre que la phobie des araignées et des serpents chez l'Homme est innée, rapporte Science Daily. Les scientifiques s'appuient sur une expérience réalisée avec des bébés de six mois. Ces derniers leur ont montré des images d'arachnides et de reptiles tout en mesurant la dilatation de leurs pupilles, afin d'observer leur état de stress.

Un résultat sans appel. "Quand nous avons montré des images de serpents ou d'araignées aux bébés, leurs pupilles se sont significativement plus élargies qu'avec les images de fleurs ou de poissons", explique la neuroscientifique Stefanie Hoehl, principale auteure de l'étude et chercheuse à l'Institut Max Planck de Leipzig, en Allemagne. Qui précise : "A lumière constante, le changement de la taille de la pupille est un important signal d'activation du système nerveux adrénergique, qui est responsable des réactions de stress, détaille la scientifique. Conclusion, les plus jeunes enfants sont bien stressés par ces animaux".  

"Il y a dans notre cerveau des mécanismes qui nous permettent d'identifier des objets comme étant 'une araignée' ou 'un serpent' et d'y réagir très rapidement"

Une réaction "très clairement héréditaire". Une réaction porteuse de sens puisque, notent les chercheurs, des bébés de six mois n'ont pas eu le temps d'acquérir l'idée que les araignées et les serpents sont potentiellement dangereux. "Nous avons conclu que la peur des serpents et des araignées est d'origine évolutive", poursuit Stefanie Hoehl. Selon la scientifique : "Il y a dans notre cerveau, comme chez les primates, des mécanismes qui nous permettent d'identifier des objets comme étant 'une araignée' ou 'un serpent' et d'y réagir très rapidement". Une réaction "très clairement héréditaire", estime la chercheuse, qui nous "prédispose à avoir une attention accrue envers ces animaux et qui nous permet d'apprendre rapidement qu'ils sont dangereux ou répugnants".

Jusqu'à aujourd'hui, des études précédentes ont montré que les enfants n'avaient pas de réaction notable en regardant des images de rhinocéros, d'ours ou d'autre mammifères dangereux. "Nous supposons que cette réaction bien particulière avec les araignées et les serpents peut s'expliquer par le fait que les humains - et leurs ancêtres - ont potentiellement coexisté (...) avec ces animaux (...) plus longtemps qu'avec les mammifères d'aujourd'hui", avancent encore les chercheurs.