Pourquoi Philae s’est éteint (et pourquoi ce n’est pas si grave)

  • A
  • A
Pourquoi Philae s’est éteint (et pourquoi ce n’est pas si grave)
@ Capture d'écran
Partagez sur :

RÉUSSITE - Après plus de trois jours à analyser la composition de la planète "Tchouri", le robot Philae s’est finalement éteint. Mais il a tout de même eu le temps de rassembler une foule d’informations reçues dans la nuit de vendredi à samedi.

 

Se poser sur une comète, un exploit sans précédent. 20 ans de projet, 10 ans de voyage dans l’espace, pour trois jours d’intenses études de la comète "Tchouri". Si à première vue, le résultat de la mission Rosetta peut ne pas paraître à la hauteur des moyens engagés, ce projet spatial européen est pourtant l’une des plus grandes réussites de l’histoire spatiale. Et pour cause, la prouesse est à la hauteur du défi que se sont lancés les scientifiques de l’équipe.

>> LIRE AUSSI - Philae ne répond plus

La sonde Rosetta a parcouru l’espace pendant 10 ans, pour arriver aux confins de notre système solaire, à 500 millions de kilomètres de la Terre. Là, elle a largué le robot Philae, une "boîte" de 100 kilos, qui s’est finalement posée sur la comète "Tchouri", sa destination finale, après une chute libre d’une vingtaine de kilomètres. Tchouri, elle, filait à 70.000 kilomètres heure. L’opération, délicate, peut expliquer pourquoi Philae n’a pas atterri précisément comme les scientifiques l’avaient prévu, rebondissant sur la comète par deux fois avant de se poser définitivement.

Philae est en veille car ses panneaux solaires n’ont pas pu prendre le relais correctement. C’est à ce moment-là que ses panneaux solaires, censés prendre le relais de ses batteries, ont été en partie endommagés. Autre problème, Philae s’est finalement posé dans un recoin accidenté de  la comète, et s’est retrouvé avec un de ses trois pieds en l’air. Le robot était dans une position inconfortable, mais il était surtout à l’ombre, masqué du soleil par un mouvement de terrain, ce qui a considérablement ralenti le chargement de ses batteries. Sur le compte Twitter du robot, on peut constater que le niveau d'énergie avait dangereusement baissé à minuit. 



Les scientifiques ont bien essayé de faire tourner le robot pour qu’il s’oriente mieux vers le Soleil, sans savoir si la manœuvre a fonctionné. La pile, qui avait soixante heures d’autonomie, se serait finalement déchargée, ce qui laisse croire que Philae s'est éteint dans la nuit de vendredi à samedi. Le CNES a annoncé avoir perdu le contact avec le robot vers une heure du matin. Stéphane Ulamec, responsable du projet à l'Agence Spatiale Européenne, explique que ses équipes vont "essayer à nouveau d'entrer en contact avec lui, mais les chances de rétablir la liaison sont très très faibles."  

 

Mais Philae a quand même recueilli une foule d’informations. Pour autant, les scientifiques de l’Agence Spatiale Européenne n’ont pas pleuré à l’extinction de Philae, loin de là. Mieux, Philippe Gaudon, chef du projet Rosetta au Centre national d’études spatiales, le CNES, expliquait vendredi soir que son équipe était en train de "boire le champagne".

>> LIRE AUSSI - Philae en difficulté

Et pour cause, "cette mission est un succès", a expliqué le chercheur. Une fois en place, le robot Philae a pu effectuer un travail extraordinaire, renchérissait son collègue Marc Pircher. Philae a pu faire des photos, des relevés topographiques, des radiographies, des prélèvements du gaz présent dans son environnement et même un forage du sol de la comète. Les scientifiques doutaient que les résultats puissent leur parvenir, mais ils ont finalement reçu les analyses de Philae samedi matin. Ces informations, très précieuses pour les chercheurs, devraient leur permettre de trouver les clés pour mieux comprendre l’origine de la vie sur Terre. Les comètes sont particulièrement intéressantes car elles sont les objets les plus primitifs du système solaire.       

Philae n’est pas mort, il hiberne. Et il pourrait se réveiller à nouveau. Pas de raison de pleurer Philae, d’autant que le robot n’est pas mort, mais simplement placé en hibernation. En effet, la comète sur laquelle il est posé se dirige en ce moment vers le Soleil. En se rapprochant de ses rayons, les panneaux solaires de Philae pourraient recharger ses batteries. Et peut-être le ressusciter.

La position peu éclairée de Philae sur la comète leur permettra seulement, dans un premier temps, d'assurer sa survie."L'important c'est qu'on puisse survivre jusqu'à des moments meilleurs", a conclu Jean-Pierre Bibring, un responsable de Philae. Quel que soit le destin du robot, la mission de la sonde Rosetta, elle, est loin d’être terminée. Elle accompagnera la course de la comète jusqu’au 13 Août, date à laquelle Tchouri passera au plus près de l’astre. Philae a donc encore plusieurs mois de sommeil, avant, peut-être, de se réveiller, chauffé par les rayons du soleil.  

>> VOIR AUSSI - Pourquoi les comètes sont si intéressantes à étudier 



Jean-Yves Le Gall : "Philae émet et reçoit des...par Europe1fr