Pourquoi le mois de mars va être très "space"

  • A
  • A
Pourquoi le mois de mars va être très "space"
@ AFP
Partagez sur :

SCIENCE - Philae, Cérès, Pluton, Galileo… le mois de mars va être riche du côté du ciel. 

En février, vous avez suivi le test de la navette spatiale européenne IXV, admiré les clichés pris de Tchouri par Rosetta et appris la découverte d'un monstrueux trou noir. Sachez que du côté de l'Univers, le mois de mars vous réserve encore une actualité riche qu'Europe 1 vous présente. 

#PHILAE, RÉVEILLE-TOI 

Plus près des rayons du soleil. Largué le 11 novembre dernier par la sonde Rosetta, le petit module est depuis coincé quelque part sur une pente rocheuse de la comète Tchourioumov-Guérassimenko. 

Si sa localisation précise reste inconnue, les scientifiques sont sûrs que le vaillant petit robot est proche du réveil. "On espère que, dès le mois de mars, l'éclairement du robot sur la comète lui permettra de recharger ses batteries et donc de recommencer son travail scientifique", avait déclaré en janvier Jean-Yves Le Gall, président du Cnes.

Philae 1280x640

© capture d'écran

En hibernation depuis novembre. Trois jours après son arrivée sur Tchouri, Philae qui fonctionne avec des panneaux solaires, s'était en effet endormi. En cause, son site d'atterrissage encaissé et peu ensoleillé. 

Au travail ! Une fois réveillé, le module pourra alors faire fonctionner 8 de ses instruments (deux étant endommagés) ainsi que sa liaison radio avec la sonde Rosetta. Avec à la clef, des clichés de la surface de Tchouri et de multiples données scientifiques pour en apprendre plus sur l'origine de l'Univers.

Tchouri photographiée en janvier par la sonde Rosetta, actuellement en orbite autour de la comète : 

Tchouri Rosetta 1280x640

© ESA/ROSETTA/NAVCAM / AFP

#DE L'EAU LIQUIDE SUR CÉRÈS ?  

Fin de mission pour Dawn. Longtemps considéré comme un gros astéroïde, Cérès est en réalité une planète naine située entre Mars et Jupiter. Le vendredi 6 mars, la sonde Dawn, lancée par la Nasa en 2007, va se placer en orbite autour d'elle et livrer ses premières photos. L'enjeu ? Derrière sa taille modeste (950 km  de diamètre contre 3.474 pour la Lune), Cérès cache … de l'eau en grande quantité. Les clichés attendus permettront enfin de découvrir si elle est à état liquide ou solide mais aussi de cartographier le relief de la planète.

Le mystère de la tâche blanche résolu ? Les photos du 6 mars permettront peut-être aussi de résoudre un mystère. Dans les clichés pris par Dawn pendant son approche mais aussi sur des photos prises en 2003 à partir de télescope, une tâche blanche apparaît en effet sur la planète naine.



Plaque de glace, geyser, "volcans froids" qui rejettent de l'eau et du méthane… les photos permettront de définir ce qui, à la surface de Cérès, reflète ainsi la lumière du soleil. 

#UNE PHOTO D’IDENTITÉ DE PLUTON

Le port d'attache de New Horizons. Située aux confins de notre système solaire à 7 milliards de kilomètres de notre Terre, Pluton est par conséquent une des planètes naines les plus mystérieuses de notre galaxie. Mais en mars, le voile va être en partie levé. La sonde New Horizons, lancée il y a 9 ans par la Nasa et qui est sortie de sa phase d'hibernation en décembre, commence désormais sa phase d'approche de Pluton à une vitesse de 75.000 km/h. 

Des clichés "vraiment détaillés". Alors que les quelques clichés déjà disponibles ne montrent qu'un halo lumineux, les photos attendues en mars vont être "vraiment détaillées", selon Thomas Widemann de l'Observatoire de Paris.



Pour le moment, les scientifiques ne peuvent que faire des suppositions sur l'apparence physique de Pluton. Tout au plus avancent-ils qu'elle est constituée de glace. Les photos permettront de savoir si sa surface est lisse ou bien criblée d'impacts ainsi que d'en savoir plus sur son relief. 

La prochaine étape sera au mois de juillet lorsque New Horizons "frôlera" Pluton à 10.000 km de distance. La sonde pourra alors faire fonctionner ses instruments scientifiques et les clichés seront alors d'une telle précision que rapportée à la Terre, la Nasa indique qu'ils permettraient de distinguer des immeubles. 

#GALILEO, REPRISE DES LANCEMENTS

Rendez-vous à Kourou le 26 mars. Le dernier lancement de Galileo en août 2014 s'était soldé par un échec retentissant, les satellites ayant atterri sur une mauvaise orbite. Mais Arianespace veut tourner la page. Son PDG, Christophe Israël, l'a affirmé fin janvier : "nous sommes prêts pour un lancement le 26 mars". À bord d'un lanceur russe Soyouz, de nouveaux satellites devraient donc s'élancer à l'assaut de l'espace à partir de la base de lancement de Kourou, en Guyane. 

Un GPS européen. Le projet Galileo, inauguré en 1999, consiste à déployer une constellation de 22 satellites destinés à fournir un service de géolocalisation, concurrent du GPS. Alors que le programme initial prévoyait de lancer 6 à 8 engins par an jusqu'en 2017, seuls 4 satellites sont actuellement en orbite.

>> LIRE AUSSI - Après Rosetta, préparez-vous à décoller pour Jupiter 

>> VIDÉO : L'étonnant duo Platon-Charron

>> LIRE AUSSI - Des planètes inconnues cachées dans notre système solaire 

>> VIDÉO - Quelles étoiles peut-on observer dans le ciel d'hiver ?