Philae "est en bonne forme physique"

  • A
  • A
Philae "est en bonne forme physique"
Philae sur Tchouri.@ Capture d'écran
Partagez sur :

SCIENCES - Philae s'est réveillé samedi soir après plusieurs mois d'hibernation sur la comète Tchouri.

Il a "parlé" pendant deux minutes. Philae est en effet enfin sorti de son sommeil samedi soir. Depuis son atterrissage sur la comète Tchouri en novembre dernier et après deux jours de travail, le petit robot s'était assoupi, faute d'énergie suffisante. Son lieu d'atterrissage, peu ensoleillé, l'avait empêché de faire fonctionner ses panneaux solaires. Depuis mars, l'Agence spatiale européenne avait essayé, en vain, de rentrer en contact avec lui via la sonde Rosetta qui continue à tourner en orbite autour de Tchouri. Alain Cirou, consultant scientifique d'Europe 1 et directeur de la rédaction du magazine Ciel et Espace revient sur ce réveil inespéré.


"Philae est réveillée et en bonne forme physique"par

Plus près du Soleil. La comète, qui fonce à hauteur de 21 km/s, se dirige en direction du Soleil et "elle va même y passer au plus près le 13 août prochain, c'est ce qu'on appelle la périhélie". "Les conditions d'éclairement changent" et "la quantité de lumière reçue par Philae serait importante", explique Alain Cirou.

Réveillé depuis plusieurs jours. Le robot a communiqué pendant deux minutes et a transmis 40 secondes de données "mais on n'a pas encore les informations exactes du contenu", rapporte le spécialiste. Selon lui, on sait juste apparemment que Philae était réveillé depuis plusieurs jours. Mais Rosetta, la sonde en orbite autour de la comète et qui est le relais entre Philae et la Terre, n'était pas en situation de recevoir ses signaux.

"Un scanner du cœur de la comète". La "forme physique" de Philae est "bonne" avec des instruments qui fonctionnent et une température intérieure de -25 degrés. La température nécessaire à son réveil devait au moins être de -40. Il a aussi collecté des informations sur la surface de la comète. Grâce à son "radar", Philae va pouvoir désormais forer et "faire un scanner, une radio du cœur de la comète" et "raconter ce qui s'est passé il y a 5 milliards d'années quand les planètes étaient en formation". La comète est en effet en quelque sorte "un grumeau" datant de cette époque.

L'atterrissage, un exploit jamais réalisé. "L'extraordinaire", c'est déjà l'atterrissage réussi du robot sur la comète situé à 500 millions de kilomètres de la Terre le 12 novembre dernier, une première dans l'histoire de la conquête spatiale. Se poser "avec une grande précision" sur Tchouri, qui fait "trois kilomètres de long", a donc été un exploit, estime Alain Cirou.


VIDEO - La formidable odyssée Philae le petit...par Europe1fr

Rebonds. Si l'atterrissage a réussi, il ne s'est pas fait à l'endroit préalablement choisi par les scientifiques. Philae a fini sa course "à 120 mètres seulement" de ce site après avoir rebondi. "Les systèmes qui étaient chargés de le fixer au sol, des harpons notamment pour le plaquer au sol, n'ont pas fonctionné", rappelle Alain Cirou. Trois rebonds plus loin, Philae s'est finalement immobilisé à un endroit que les scientifiques n'ont réussi à localiser que récemment.

Le premier cliché pris de la surface par Philae a montré que le robot était "dans une zone d'ombre, vraisemblablement collé à une paroi rocheuse". Malheureusement, muni de panneaux solaires mais pas assez éclairés, il n'a plus eu assez d'énergie pour continuer à fonctionner.