Mission Rosetta : Philae ne répond plus

  • A
  • A
Mission Rosetta : Philae ne répond plus
@ capture d'écran
Partagez sur :

LA FIN - Le robot posé sur la comète Tchouri, affaibli par un problème de batterie, a envoyé ses dernières informations vendredi.

Le robot Philae, à cours d'énergie "va s'assoupir sous peu", a déclaré samedi le Centre national d'études spatiales (CNES), l'agence spatiale française, précisant que la liaison avec lui est désormais interrompue. "On ne reçoit plus de données. On a perdu le contact", a déclaré Philippe Gaudon, chef du projet Rosetta au CNES à Toulouse.

Le robot Philae avait envoyé vendredi soir un signal. "Le signal a été rétabli et les données scientifiques affluent de la comète" Tchouri, précisait un tweet de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui s'attendait à ce que le robot s'éteigne faute d'énergie. "La liaison est arrivée plus tard que prévu. Peut-être que j'ai bougé un peu ?", se demandait Philae sur le compte Twitter créé à son nom.



Philae se bat contre le temps. Les scientifiques de la mission Rosetta ont demandé au robot Philae de forer le cœur de la comète Tchouri sur laquelle il est posé depuis maintenant trois jours. Le problème, c'est que les batteries du robot s'épuisent. Les scientifiques espèrent que Philae va pouvoir assurer une rotation afin de permettre à l'un de ses plus grands panneaux solaires de recevoir davantage de lumière. "Il n'a plus que quelques heures à vivre avec sa pile. Ensuite, ce sont des batteries solaires qui doivent prendre le relais, mais le robot est à l'ombre", avait expliqué plus tôt dans la journée Philippe Gaudon, chef du projet Rosetta au CNES (Centre national d'études spatiales) à Toulouse.

>> VOIR AUSSI – La première photo de Philae

Si Philae envoie la plupart des données recueillies à Rosetta, le robot doit analyser de lui-même la matière prélevée lors du forage.

Pourquoi les comètes nous en disent long sur l'apparition de la vie :



Coincé entre des rochers. Le robot qui a atterri mercredi sur le noyau de la comète Tchourioumov-Guérassimenko, à plus de 500 millions de kilomètres de la Terre, a fait un grand rebond puis un plus petit avant de poser sur une pente, une de ses trois pattes en l'air. Il est coincé entre des rochers, ce qui l'a sans doute empêché de rebondir encore. Mais il est à l'ombre. Les batteries solaires "fournissent environ quatre fois moins d'énergie qu'escompté", selon Philippe Gaudon. La durée d'activité du robot, qui aurait pu durer jusqu'en mars, est donc écourtée. "Il sera ensuite rallumable dès que ses panneaux solaires recevront assez de lumière pour faire fonctionner les batteries rechargeables" du robot, a-t-il précisé.

Des plans sur la comète. Le robot a déjà radiographié l'intérieur de la comète, étudié son magnétisme, fait des images du sol, analysé les molécules complexes dégagées par la surface. Cette mission "est unique et restera unique à jamais", a souligné Andrea Accomazzo, directeur de vol de la mission Rosetta.

>> LIRE AUSSI - Cinq choses à savoir sur la mission Rosetta

10 ans de voyage dans l'espace. La mission Rosetta restera comme l'une des grandes prouesses de l'histoire de la recherche spatiale. Initiée il y a plus de 20 ans, elle aura nécessité un voyage long de 10 ans pour approcher la comète. Le robot Philae a ensuite dû faire une chute libre de 20 kilomètres pour se poser sur la comète Tchouri.