"Le temps est venu de dire au revoir à Philae", annonce l'agence spatiale allemande

  • A
  • A
"Le temps est venu de dire au revoir à Philae", annonce l'agence spatiale allemande
@ HANDOUT / CNES/ESA / AFP
Partagez sur :

La sonde Rosetta, elle, est toujours en fonctionnement autour de la comète Tchouri.

Les chances d'établir un contact avec le petit robot Philae, installé sur la comète Tchouri mais muet depuis sept mois sont "proches de zéro" et "le temps est venu de lui dire au revoir", a déclaré vendredi l'agence spatiale allemande DLR.

Poussière et grand froid. Le Centre de contrôle de l'atterrisseur a cessé depuis quelque temps d'envoyer des commandes au robot-laboratoire, indique le DLR dans un communiqué. Les panneaux solaires de Philae doivent désormais être couverts de poussière et la température est sans doute trop froide (-180°) pour que le petit robot puisse fonctionner à nouveau. "Malheureusement, la probabilité que Philae rétablisse le contact avec notre équipe au centre de contrôle du DLR est pratiquement nulle. Nous n'enverrons plus d'ordres", a déclaré Stephan Ulamec, responsable du projet Philae au DLR, dans un communiqué. "Il serait très surprenant que nous recevions un signal maintenant."

Un réveil très court en juillet 2015. Philae s'est brièvement réveillé en juin 2015 alors que la comète s'approchait du soleil, ce qui avait donné espoir qu'il puisse accomplir quelques expériences supplémentaires. Mais, depuis le 9 juillet, Philae n'a plus repris contact avec Rosetta. Les scientifiques espèrent encore quelques informations en provenance du robot quand Rosetta prendra quelques photos lors de passages proches de Tchouri, avant d'atterrir elle-même sur la comète une fois sa mission terminée en septembre 2016.

Le Cnes espère encore. De son côté, le Cnes, basé à Toulouse, a déclaré vendredi dans un communiqué que la sonde Rosetta "reste toujours à l'écoute" de Philae. Selon ses scientifiques, "il existe des chances de pouvoir établir à nouveau le contact entre Philae et Rosetta dans les mois qui viennent".