Le changement climatique rend les végétaux moins sensibles à la sécheresse

  • A
  • A
Le changement climatique rend les végétaux moins sensibles à la sécheresse
@ AFP
Partagez sur :

Selon une étude de l'académie américaine des sciences, l'adaptation des végétaux au réchauffement climatique permettrait de ralentir la sécheresse.

L'augmentation de la proportion de CO2, le dioxyde de carbone, présente dans l'atmosphère responsable du réchauffement réduit les besoins en eau des végétaux qui deviennent moins sensibles à la sécheresse, un facteur qui n'est pas pris en compte dans de nombreux modèles hydrologiques, ont déterminé des scientifiques. Cette étude publiée lundi dans les Comptes rendus de l'académie américaine des sciences (PNAS) modifie les hypothèses avancées jusqu'alors sur l'impact du changement climatique sur l'agriculture, les ressources en eau, la croissance des plantes et le risque d'incendie de forêt.

La sécheresse ralentie ? Selon de récentes études, plus de 70% de la planète connaîtra davantage de sécheresse avec le quadruplement des niveaux de CO2 au cours des cent prochaines années comparativement à l'ère pré-industrielle. Mais en prenant en compte la diminution des besoins en eau des végétaux résultant de l'accroissement du CO2 atmosphérique, cette proportion tombe à 37%, expliquent ces chercheurs de l'Université de Californie à Irvine (UCI). La diminution attendue des précipitations va accroître le nombre des sécheresses dans le sud du continent nord-américain, le sud de l'Europe et le nord-est de l'Amérique du sud.

Adaptation des plantes. Mais cette étude montre que dans le centre de l'Afrique, dans les régions tempérées d'Asie, y compris la Chine, ainsi qu'au Proche-Orient, en Asie de l'Est et dans la plus grande partie de la Russie, l'eau conservée par les plantes compensera largement les sécheresses dues au changement climatique. "Cela montre que l'évolution des besoins en eau des plantes aura un impact important sur les réserves en eau et cette partie de l'équation a été ignorée dans de nombreuses études hydrologiques et sur les sécheresses", souligne James Randerson, professeur à l'UCI et co-auteur de l'étude.  

De nombreux phénomènes encore ignorés. Même si les sécheresses pourraient être moins sévères que ne l'indiquent les projections actuelles, leur fréquence va sans doute augmenter et d'autres effets du réchauffement pourraient avoir un impact très néfaste sur la végétation, préviennent ces chercheurs. "Nous ignorons beaucoup de choses sur l'impact des sécheresses avec des températures très chaudes", pointe ainsi Abigail Swann, professeur adjointe de sciences atmosphériques et de biologie à l'Université de Washington, co-auteur de l'étude.