L'archange du Mont-Saint-Michel va être décroché pour restauration

  • A
  • A
L'archange du Mont-Saint-Michel va être décroché pour restauration
La statue de Saint-Michel, faite de fer et de cuivre doré, pèse 800 kilos.@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Après avoir été redorée, cette statue de 800 kilos sera de retour au sommet du Mont fin avril ou début mai.

Mardi, une opération de haut vol va se dérouler au Mont-Saint-Michel, en Normandie. La statue de l'archange Saint-Michel, qui trône sur la plus haute tour de l'abbaye, va prendre son envol par hélicoptère afin d'être restaurée dans un atelier de Dordogne, rapporte Ouest-France. Retour prévu début mai au plus tard. 

156 mètres de hauteur. C'est à l'aide d'un hélicoptère, muni d'un crochet, d'un délesteur et d'un câble que la statue, qui culmine à 156 mètres, va être enlevée. La société retenue pour cette délicate opération, Héliberté, basée à La Rochelle, connaît bien les lieux puisqu'en 2015, elle avait participé à l'évacuation de plusieurs tonnes de gravats suite à la restauration de l'abbaye. Mais la baie du Mont-Saint-Michel "peut à tout moment devenir hostile", explique au quotidien régional Laurent Betton, son responsable. "Nous n'avons pas droit à l'erreur, ni à l'improvisation. Les gestes doivent être précis et les techniques éprouvées. Pour intervenir à proximité de l'abbaye, il ne faut pas que le vent dépasse les 25-30 km/h.".

Dorures et paratonnerre. La statue de Saint-Michel terrassant le dragon est constituée de 800 kilos de fer et est recouverte d'une tôle de cuivre dorée. Une fois déposée au sol à proximité du Mont, elle sera embarquée dans un camion, direction les ateliers Socra à Périgueux où elle sera redorée. Ses ailes, qui font office de paratonnerre, seront aussi remises aux normes. L'archange sera pour cela confié à des mains expertes. Socra, spécialisée dans la rénovation des œuvres d'art géantes, a déjà eu dans ses chantiers de célèbres monuments : la (petite) Statue de la Liberté de Paris, les ornements du pont Alexandre III, le lion de Belfort ou encore l'Apollon de l'opéra Garnier.

Une restauration il y a 30 ans. La statue, dont une copie culmine sur le clocher de l'église Saint-Michel des Batignolles à Paris, n'a subi qu'une seule restauration depuis sa pose sur le Mont en 1887. Un siècle plus tard, en 1987, en présence du ministre de la Culture de l'époque, François Léotard, elle avait déjà été prélevée par hélicoptère avec succès malgré un vent à 40 km/h

Regardez le reportage de France 2 sur l'opération ayant eu lieu en 1987: