La pyramide de Khéops : quelques certitudes et encore beaucoup de mystères

  • A
  • A
La pyramide de Khéops : quelques certitudes et encore beaucoup de mystères
La construction de la pyramide de Khéops a été une réelle prouesse pour l'époque.@ MARWAN NAAMANI / AFP
Partagez sur :

La découverte d'une immense cavité révélée jeudi relance les scénarios pour expliquer les mystères non encore résolus de la célèbre pyramide. 

Seule "merveille du monde" à nous être parvenue, la pyramide de Khéops, qui trône sur le plateau de Gizeh, dans la banlieue du Caire aux côtés du Sphinx, a créé la surprise jeudi. Une étude parue dans la revue scientifique Nature a en effet révélé l'existence d'une immense cavité, de la taille d'un Airbus. Mais si le célèbre monument a en partie dévoilé sa structure interne, il conserve encore une grande part de mystère. Retour sur ce que l'on sait de la plus célèbre pyramide du monde et sur ce que l'on ne sait pas encore…

Un contexte historique bien connu

Les prouesses du vizir Hémiounou. La pyramide de Khéops a été édifiée sous l'Ancien Empire égyptien, soit la période allant de 2.700 à 2.200 avant notre ère. On connaît son concepteur, l'architecte Hémiounou, qui était aussi vizir, c'est-à-dire conseiller des pharaons. Ses dimensions (139 mètres de haut et 230 mètres de large) sont époustouflantes pour l'époque. Et le resteront longtemps. En effet, la pyramide de Khéops n'est détrônée qu'en 1311 quand la cathédrale de Lincoln, munie d'une flèche haute de 160 mètres, est achevé.

Khéops, un pharaon bâtisseur. On connaît aussi la fonction de cette majestueuse pyramide. Elle est un monument funéraire en l'honneur du deuxième pharaon de la 4ème dynastie, Khéops. Ce dernier, qui a régné 23 ans (environ de -2.551 à -2.528), a laissé derrière lui une réputation de bâtisseur : plusieurs pyramides (dont la sienne) dans un complexe funéraire destiné à ses proches, des temples (dont le plus connu est le temple d'Hathor à Dendérah).

kheops1

La pyramide de Kheops fait partie d'un complexe funéraire destiné à Kheops et aux membres de sa famille. PATRICK HERTZOG / AFP


Une pyramide… éblouissante. Enfin, les archéologues ont réussi à définir l'aspect ancien du monument, bien différent de celui d'aujourd'hui : il était en effet recouvert d'un enduit blanc pour qu'il reflète la lumière du soleil. Elle était aussi entourée d'une enceinte, issue d'un socle rocheux, à 10 mètres de distance dont il reste quelques vestiges.

Sa construction, une prouesse technique inexpliquée

La construction de la pyramide de Khéops a été une réelle prouesse pour l'époque. Constituée de 2,3 millions de blocs de 2,5 tonnes chacun, elle aurait été érigée par 20.000 ouvriers. Si, longtemps, les historiens ont pensé que des esclaves ont été utilisés pour sa construction, des fouilles récentes ont mis à jour les restes d'une ville destinée aux artisans et ouvriers du chantier. De nombreux indices y montrent que ces ouvriers étaient bien nourris et soignés. Mais la question de leur travail qui aurait duré 20 ans reste mystérieuse. Aucune hypothèse avancée ne convainc totalement les spécialistes, de quoi faire naître des fantasmes nombreux, dont celle de l'intervention… d'extraterrestres.

La structure interne connue… en partie

Des pillages infructueux. L'intérieur de la pyramide de Khéops est en partie connu grâce à une très ancienne exploration remontant au 9ème siècle. En 820, le calife Al-Mamoun organise une expédition pour rentrer à l'intérieur de l'édifice. L'objectif ? Y trouver des trésors. Mais des principales pièces découvertes, les explorateurs reviennent bredouilles.

pyra1

KHALED DESOUKI / AFP


Des pièces… vides ou presque. Il faut attendre le 19ème siècle pour en apprendre un peu plus sur la structure interne de la pyramide, qui comprend notamment une chambre souterraine creusée dans la roche mais inachevée, ce qui fait dire qu'elle a fait partie d'un premier projet finalement abandonné. Deux pièces, appelées arbitrairement par les premiers explorateurs arabes "chambre de la reine" et "chambre du roi", sont explorées et photographiées par les égyptologues. La première, munie de deux conduits de ventilation, voûtée et de forme carrée, a une fonction inconnue encore aujourd'hui. La "chambre du roi", elle, précédée d'une longue galerie inclinée de 47 mètres de long, pourrait être celle qui a accueillie le tombeau du pharaon Khéops.

La momie de Khéops toujours introuvable

Un coffre sans couvercle. C'est en 1837 que Richard Vyse, égyptologue britannique, met la main sur la seule cartouche de la pyramide qui rapporte le nom de Khéops, de quoi relier directement les destinées du monument et du pharaon. Mais le coffre découvert dans la "chambre du roi", qui aurait pu être son sarcophage, est découvert vide et sans couvercle. Détail encore plus déstabilisant pour les archéologues, aucune trace d'un ancien couvercle n'a été trouvée, comme si le coffre n'avait eu qu'une fonction symbolique.

Un cadavre jamais retrouvé ? L'hypothèse d'un simple cénotaphe a donc été avancée par certains archéologues. C'est-à-dire que le coffre n'aurait été qu'un monument sans dépouille, servant à rendre hommage à Khéops. La possibilité d'une mort lors d'une bataille expliquerait que ses sujets n'aient jamais pu retrouver son cadavre.

L'hypothèse d'une chambre funéraire non encore détectée. Mais pour d'autres chercheurs, la dépouille serait bien présente dans la pyramide, dans une pièce non encore détectée. Dans ce scénario, la "chambre du roi" munie d'un coffre aurait alors été construite pour tromper les curieux et les pilleurs. Le fait que cette pièce soit très facile d'accès renforce cette hypothèse. C'est pourquoi la découverte de la grande cavité, rapportée jeudi dans Nature, relance tous les fantasmes sur la dépouille introuvable du pharaon.

Un "big void" et plusieurs hypothèses

La plus grande salle de la pyramide. Le "big void" (le grand vide), découvert récemment par les chercheurs, fait au moins 30 mètres de long et ressemblerait à la grande galerie qui mène à la "chambre du roi". Ses dimensions en font désormais la plus grande salle connue de la pyramide, au cœur même du monument.

py1

SCANPYRAMIDS MISSION / AFP


Les muons à la rescousse. La cavité a été détectée grâce à l'utilisation de muons, en provenance de l'espace et qui traversent en continue la Terre. Ces électrons ont la particularité de pouvoir avancer sur plusieurs centaines de mètres de roches. Mais s'ils rencontrent un vide, ils y sont absorbés. Grâce à des détecteurs de muons, des physiciens ont ainsi pu enregistrer une concentration très élevée de ces électrons, indiquant la présence d'une cavité de grande taille.

Une chambre funéraire, un espace de stockage ? Si les dimensions de la cavité ont pu être mesurées, les scientifiques n'ont aucune idée à quoi elle ressemble et donc à quoi elle a pu servir. Il pourrait s'agir d'une simple galerie ou alors d'une enfilade de pièces. Il existe cependant déjà plusieurs hypothèses : une chambre funéraire, une salle à fonction technique uniquement utilisée pour stocker ou monter des blocs de pierre, des salles contenant du mobilier funéraire ou encore un dispositif antisismique à une époque où de nombreux séismes avaient lieu dans la région.