La Nasa va révéler des "activités surprenantes" sur Europe, une lune de Jupiter

  • A
  • A
La Nasa va révéler des "activités surprenantes" sur Europe, une lune de Jupiter
Jupiter a trois lunes : Io, Europe et Callisto. @ HO / NASA / AFP
Partagez sur :

Lundi, la Nasa va dévoiler de nouvelles informations sur cet océan salé situé sous une épaisse couche de glace. 

La Nasa a annoncé qu'elle tiendra une conférence de presse lundi 26 septembre pour présenter de nouvelles découvertes ayant résulté d'observations de la lune Europe de Jupiter qui révèlent "des indications surprenantes d'activité" pouvant être liées à la présence d'un océan sous la glace. Il s'agit des résultats d'une campagne d'observations effectuée avec le télescope spatial Hubble.

Une vie microbienne ? L'agence spatiale américaine n'a fourni aucun autre détail sur cette présentation très attendue prévue à 20h (heure française) avec entre autres Paul Hertz, directeur de la division d'Astrophysique de la Nasa et William Sparks, un astronome au Space Telescope Science Institute à Baltimore. De précédentes observations de la Nasa avaient déjà détecté sur Europe des indices de la présence d'un océan sous une épaisse couche de glace, ce qui ouvre la possibilité de l'existence d'une vie microbienne.

Une mission robotique pour 2020. La Nasa avait annoncé en 2015 une mission robotique vers Europe prévue à partir de 2020 et indiqué en mai dernier la sélection de neuf instruments qui seront à bord du vaisseau spatial.

Un océan salé sous une banquise. La mystérieuse lune de Jupiter pourrait être l'un des endroits les plus prometteurs dans le système solaire pour abriter la vie en dehors de la Terre, estiment les scientifiques. La sonde américaine Galileo, qui avait exploré Jupiter et ses lunes de 1995 à 2003, avait détecté pour la première fois des indices de la présence sur Europe d'un océan de la taille de notre lune. Des astronomes ont aussi annoncé en 2015 avoir détecté, avec le télescope Hubble, un vaste océan d'eau salée sous l'épaisse croûte glacée de Ganymède, la plus grosse lune de Jupiter. Galileo avait aussi détecté des indices de la présence d'un océan sur cette lune jovienne.