La Grande barrière menacée par la pollution, selon un rapport officiel australien

  • A
  • A
La Grande barrière menacée par la pollution, selon un rapport officiel australien
Ces derniers mois, la Grande Barrière a connu un de ses pires épisodes de blanchiment. (Image d'illustration)@ RAY BERKELMANS / AIMS / AFP
Partagez sur :

Le ministère de l'Environnement souligne par ailleurs que des efforts ont été faits pour ralentir le blanchiment des coraux de la Grande Barrière. 

L'Australie a reconnu jeudi qu'il fallait en faire plus pour protéger la Grande barrière de corail de la pollution après la publication d'un rapport officiel qui brosse un tableau sombre de l'état du site classé au patrimoine mondial de l'humanité. Le plus grand système corallien du monde est victime des ruissellements agricoles, du développement économique ou de la prolifération des acanthasters, étoiles de mer qui détruisent les coraux.

Une "piètre" qualité du site. La Grande barrière a connu ces derniers mois son pire épisode de blanchissement en raison du réchauffement climatique. Une grande partie du récif a perdu ses couleurs et bon nombre des coraux sont morts. Canberra assure qu'il fait beaucoup pour protéger ce site emblématique mais le rapport annuel gouvernemental sur la qualité de l'eau, des herbiers marins et du corail lui a décerné la note "D", ce qui correspond à une "piètre" qualité, pour la cinquième année consécutive.

Trop de sédiments. La Grande barrière reçoit des ruissellements émanant de 35 bassins hydrographiques sur une zone plus vaste que le Japon. Les sédiments charriés par les eaux réduisent la luminosité, ce qui affecte l'écosystème corallien et celui des herbiers, portant atteinte à leur croissance et à leurs capacités de reproduction.

Quand même quelques "résultats positifs". Le site de 345.000 km2 a évité de justesse l'année dernière d'être placé par l'Unesco sur sa liste des sites en péril et Canberra oeuvre à un plan de préservation sur 35 ans. "Ce rapport montre des résultats positifs mais aussi des zones où nous devons concentrer plus d'efforts", a dit le ministre de l'Environnement Josh Frydenberg. "Près de la moitié des terrains horticoles et céréaliers des bassins hydrographiques de la Grande barrière sont déjà soumis à une meilleure gouvernance. Il y a plus de travail à faire en ce qui concerne les terres d'élevage et de canne à sucre."