La cité maya découverte par un ado n'est-elle qu'une belle histoire ?

  • A
  • A
La cité maya découverte par un ado n'est-elle qu'une belle histoire ?
L'adolescent québécois a-t-il vraiment découvert une cité maya ?@ JANET SCHWARTZ / AFP
Partagez sur :

Plusieurs archéologues et historiens mettent en doute l'histoire selon laquelle un Québécois de 15 ans aurait découvert une cité maya grâce à l'étude des constellations.

L'histoire a été reprise par de nombreux médias, dont Europe 1, depuis quelques jours. William Gadoury, un Québécois de 15 ans, aurait découvert une cité maya jusqu’ici inconnue grâce à l'étude de constellations. L'histoire de ce jeune Indiana Jones a de quoi séduire. Mais plusieurs archéologues et historiens mettent en doute l'information.

Une "petite vedette de la NASA". C'est en analysant des cartes de constellations stellaires que l'adolescent aurait fait sa découverte. Après avoir constaté que l'emplacement de 117 cités mayas correspondait au dessin de 22 constellations, William Gadoury s'est penché sur une 23e famille d'étoiles. Mais à cette constellation qui comprenait trois étoiles ne correspondait que deux cités. Le jeune homme en a déduit alors l'emplacement d'une nouvelle cité située dans la région du Yucatan, au Mexique. L'histoire a d'abord été relayée par le tabloïd Le Journal de Montréal, qui assurait que l'adolescent était devenu "une petite vedette à la NASA, à l’Agence spatiale canadienne et à l’Agence spatiale japonaise". Rien que ça.

Les doutes des internautes et des scientifiques. En France, le forum du site Hoaxbuster, qui décortique les canulars du web, s'est rapidement emparé de l'affaire, plusieurs internautes affichant leur scepticisme. Même constat sur le groupe Facebook Archéologie et Zététique. Ses membres soulignent notamment l'absence totale de ressources scientifiques fiables attestant de la véracité de la découverte. Constatant l'agitation médiatique, des experts se sont penchés sur la question. L'archéologue au CNRS Marie-Charlotte Arnauld, interrogée par Arrêt sur images, a très clairement qualifiée cette histoire d'"aberration". "Les constellations sont des constructions culturelles, les nôtres nous viennent des Grecs. Inutile de perdre son temps à essayer de situer son nouveau site, car de toute façon, son hypothèse de départ est fausse", souligne-t-elle. Même agacement chez l'archéologue Eric Taladoire, auteur du livre Les Mayas : "Cette histoire commence à nous fatiguer! Tout est faux. Tout", a-t-il assuré au Figaro

La méthodologie mise en cause. Lorsque l'article du Journal de Montréal est sorti, Eric Taladoire a rapidement contacté les auteurs. Et il a étrangement constaté des différences avec l'article initial. "Quand on a signalé que la carte était fausse, elle a disparu et été remplacée par une autre, le site maya s'était soudainement déplacé de 200 ou 300 kilomètres... On passe du Bélize au Mexique. Nous travaillons depuis 20 ans dans cette région, une équipe de chercheurs a ratissé toute cette jungle, et on n'aurait rien trouvé ?", ironise-t-il. Le site Wired a souhaité vérifier les images satellites soumises comme preuve de l'existence de la cité maya à un expert, l’archéologue Ivan Sprajc. Pour lui, la forme rectangulaire s'apparenterait plutôt à un "champ de maïs abandonné" et, la forme ronde à un "petit lac asséché". On est a priori loin de la pyramide maya.

Aller vérifier sur le terrain. Certains scientifiques veulent malgré tout accorder le bénéfice du doute au jeune passionné québécois. "La méthode doit faire l'objet d'une vérification au sol, mais l'hypothèse mérite d'être vérifiée", a nuancé Eric Taladoire sur 20minutes.fr. De son côté, Le Journal de Montréal persiste et signe jeudi matin : "les scientifiques qui ont eu accès au travail de l’adolescent affirment qu’il s’agit d’une recherche scientifique rigoureuse et que seule une visite sur le terrain peut confirmer ou infirmer son hypothèse".