Jean-Yves Le Gall : "On se posera probablement sur Mars dans une quinzaine d'années"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Jean-Yves Le Gall, le président du Centre national d'études spatiales (CNES), estime que l'on sera capable d'envoyer des hommes sur Mars d'ici "une quinzaine d'années".

INTERVIEW

Les Terriens et la planète Mars se sont donné rendez-vous dans une quinzaine d'années. A l'horizon "2030 ou début de la décennie suivante", l'Homme posera le pied sur Mars, a estimé Jean-Yves Le Gall, président du CNES, dimanche sur Europe 1. "Ce n'est pas si loin !", clame-t-il, comme pour calmer les impatiences suscitées par le séjour de Thomas Pesquet dans l'espace.

"Un voyage de 18 mois à deux ans." "Aujourd'hui, des missions sont en train de se développer avec des acteurs inattendus", explique le président du CNES. Parmi ces acteurs il y a la Chine, l'Inde et "plus surprenant, une mission des Emirats arabes unis, qui ont décidé d'investir dans le spatial" : "Tout ceci se fait en préparation du projet de la NASA qui s'appelle 'Journey to Mars' (voyage sur Mars)." Ce projet prévoit "d'envoyer une mini-station spatiale pour un voyage de 18 mois à deux ans afin d'aller observer Mars de près".

Des obstacles à surmonter. Mais avant d'y parvenir, il y a de nombreux obstacles à surmonter. Le principal d'entre eux est la durée du voyage. Deux ans, c'est long, notamment sur l'aspect physiologique et psychologique. "Aujourd'hui, on reste assez fréquemment un an dans la Station spatiale internationale, avec des conséquences qui restent assez limitées", explique Jean-Yves Le Gall. En sera-t-il de même pour un voyage de deux ans ? Au niveau psychologique aussi, c'est très différent : "Sur la station, vous êtes à 300 kilomètres d'altitude. Si vous voulez redescendre, vous êtes sur Terre en trois heures. Là, entre la Terre et Mars, il n'y a pas grand chose..."

Pourquoi s'intéresser à Mars ? Et quels seraient les effets sur le corps humain au moment de fouler le sol de la planète rouge ? "C'est tout ce qu'il faut étudier justement", répond Jean-Yves Le Gall, qui précise que Mars est "le sujet sur lequel les gens réfléchissent dans toutes les agences spatiales du monde." "Ce qui rend Mars terriblement attractif, c'est le fait de savoir que Mars a été habitable. Mais Mars a-t-elle été habitée ?" C'est pour tenter de répondre à cette question que l'Europe va envoyer ExoMars en 2020 : "C'est un petit robot qui va creuser le sol de Mars pour aller chercher dans les argiles si on peut trouver les traces d'une vie disparue." Et pour Jean-Yves Le Gall, voilà "tout ce qui fait l'intérêt de Mars".