Horloge de l'apocalypse, l'indicateur des menaces qui planent sur le monde

  • A
  • A
Horloge de l'apocalypse, l'indicateur des menaces qui planent sur le monde
Photo d'illustration : L'horloge de l'apocalypse est est un indicateur - souvent inquiétant - de l'état du monde.@ JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Partagez sur :

L'horloge de l'apocalypse, qui doit être mise à jour jeudi, prend en compte les menaces qui pèsent sur la planète pour établir une heure schématique de la fin de l'humanité.

Oui, ce titre est un peu effrayant. Pour les plus anxieux, rassurez-vous, la fin du monde n'est, a priori, pas pour tout de suite. L'horloge de l'apocalypse indique le nombre de minutes hypothétique qui nous sépare de la fin de l'humanité. Depuis 2015, cette horloge pointe 23h57, soit trois minutes avant la fin du monde. Jeudi à 16h, les prestigieux chercheurs du Bulletin des scientifiques atomiques, qui compte une quinzaine de prix Nobel parmi ses membres, doivent annoncer en conférence de presse s'ils ont décidé d'avancer ou de reculer l'heure fatidique.

C’est quoi, cette horloge de l'apocalypse ?

Bien que symbolique, l'horloge de l'apocalypse - créée en 1947, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, par les membres du magazine The Bulletin of the Atomic Scientists (BAS) - est avant tout basée sur des faits scientifiques précis. C'est une représentation du danger qui pèse sur l'humanité, du fait des menaces nucléaires, écologiques et technologiques. Minuit représente la fin du monde. En fonction des menaces qui pèsent sur la planète, l’heure qui nous rapproche de l’Apocalypse recule… ou avance. En clair, on perd plus ou moins de minutes en fonction de l'état du monde à un instant T.

Par exemple, en 1953, alors que l'Union soviétique testait sa première bombe à hydrogène, l'horloge pointait 23h58, signe de l'inquiétude des chercheurs quant à l'imminence d'une catastrophe qui pourrait mettre fin à notre civilisation. Lors du calcul de 1968, la France et la Chine possèdent l'arme nucléaire. L'instabilité au Moyen-Orient ou au Vietnam inquiète également les chercheurs du BAS. Résultat, après un recul en 1960 et 1963, l'heure fatidique est à nouveau fixée à 23h53, à seulement sept minutes de la fin du monde.

Les scientifiques savent aussi prendre en compte les avancées géopolitiques. Ainsi, en 1991, l'URSS et les États-Unis signent le Traité de réduction des armes stratégiques. C'est la fin de la Guerre froide. L'horloge de l'apocalypse est alors au plus loin de minuit depuis sa création, à 23h43.

L'infographie ci-dessous montre à quel point cette menace a évolué au fil des années. [Lecture du graphique >> en abscisse, les années où le calcul a été effectué ; en ordonnée, le nombre de minutes avant l'apocalypse]

 

Quel est l’objectif des scientifiques ?

L'horloge de l'apocalypse est une matérialisation des craintes des scientifiques sur l'état du monde. Elle vise essentiellement à alerter la communauté internationale sur les dangers qu'elle fait courir à la planète, par ses conflits géopolitiques et ses émissions de gaz à effets de serre par exemple. En 2016, lors de la mise à jour de l'horloge, les scientifiques avaient tiré la sonnette d'alarme, affirmant que leur décision était "l'expression de l'inquiétude provoquée par les dirigeants de ce monde, qui n'arrivent pas à unir leurs efforts et ne font rien pour réduire l'extrême danger que représentent les armes nucléaires et le changement climatique".

À quoi faut-il s'attendre pour 2017 ?

Il semble que tous les indicateurs ne sont pas au vert, cette année. L'arrivée à la Maison-Blanche de Donald Trump, particulièrement sceptique quant à la réalité du réchauffement climatique - et qui risque donc de ne pas maintenir une politique ambitieuse pour enrayer le phénomène - devrait peser dans la balance.

EDIT :  Jeudi après-midi, l'horloge de l'apocalypse a été avancée de 30 secondes, à 2 minutes et 30 secondes avant minuit. Ces éminents scientifiques justifient leur inquiétude en raison "de la forte montée du nationalisme dans le monde, des déclarations du président Donald Trump sur les armes nucléaires, du réchauffement climatique, de la détérioration de la sécurité mondiale dans un contexte de technologies de plus en plus sophistiquées ainsi que l'ignorance grandissante de l'expertise scientifique".