Exomars a envoyé sa première carte postale de l'Univers

  • A
  • A
Exomars a envoyé sa première carte postale de l'Univers
Cette première photographie a rassuré les responsables de l'ESA : la caméra de TGO fonctionne bien. @ Capture d'écran ESA
Partagez sur :

Jeudi, l'Agence spatiale internationale a publié le premier cliché pris par la sonde TGO : une vue étoilée "près du Pôle Sud céleste".

Elle se porte bien ! La sonde Trace Gas Orbiter (TGO) de la mission Exomars, lancée le 14 février dernier en direction de la planète rouge, a envoyé son tout premier cliché de l'espace, rendu public par l'Agence spatiale européenne (ESA) jeudi. La mission qui devrait arriver aux abords de Mars en octobre prochain fonctionne parfaitement bien, a aussi indiqué l'ESA.



Des images "très rassurantes". C'est une vue étoilée, prise au hasard "près du Pôle Sud céleste", que TGO (Trace Gaz orbiter) a envoyé à la planète bleue. Cette carte postale a été rendue possible grâce au déploiement, le 7 avril dernier, de sa caméra haute-résolution.

Cette photographie est désormais la preuve que la mission est bien partie, à en croire Nicolas Thomas de l’Université de Berne, investigateur principal de la caméra : "même si elle n’a pas été conçue pour observer des étoiles peu lumineuses, ces premières images sont très rassurantes. Tout indique que nous pourrons obtenir des données de bonne qualité quand nous serons en orbite autour de Mars".

Du méthane sur Mars ? Une fois autour de Mars, la caméra scrutera la fine atmosphère martienne et détectera peut-être des sources de gaz rares. Confirmer la présence de méthane d'origine organique pourrait notamment mettre les scientifiques sur la piste d'une ancienne vie sur Mars. Mais TGO, équipé de multiples autres instruments, sera aussi capable de dénicher "d’éventuelles réserves d’eau glacée piégées sous la surface". Enfin, la sonde larguera à la surface de la planète rouge un robot, Schiaparelli. Un entraînement avant l'envoi d'une mission plus ambitieuse en 2018.

Tout fonctionne "bien". Alors que des inquiétudes avaient plané sur la fusée russe Proton utilisée pour cette mission, l'ESA peut maintenant souffler, un mois après le lancement. En même temps que la caméra, une antenne a été déployée afin de communiquer avec la Terre, ce qui a permis de vérifier le bon état du véhicule. "Les instruments de TGO et de Schiaparelli fonctionnent tous bien, et les équipes scientifiques en charge vont continuer la calibration et les vérifications de configuration pendant le trajet vers Mars afin que tout soit prêt pour la fascinante mission qui s’annonce", a déclaré Håkan Svedhem, le scientifique du projet ESA ExoMars 2016. La prochaine étape importante aura lieu en juillet lorsque les scientifiques vont aligner TGO sur la trajectoire qui l’amènera vers Mars.

Le déploiement de l'antenne de TGO pour entrer en communication avec la Terre :