Espace : les ingénieurs du Cnes inquiets pour Philae

  • A
  • A
Espace : les ingénieurs du Cnes inquiets pour Philae
@ ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team / AFP
Partagez sur :

Les dernières tentatives de communication entre la sonde Rosetta et le robot Philae, qui se sont terminées dimanche, ont été un échec. 

Le robot Philae, qui a fêté le 12 novembre son premier anniversaire sur la comète Tchouri, reste désespérément muet depuis cinq mois malgré de multiples tentatives de rétablir la liaison, a-t-on appris mardi auprès du Centre national d'études spatiales (CNES) basé à Toulouse.

Des conditions pourtant favorables. Fin novembre et jusqu'à dimanche 6 décembre, alors que les conditions étaient particulièrement favorables puisque Rosetta se trouvait à une centaine de kilomètres de la comète, les ingénieurs ont multiplié les tentatives pour rétablir enfin la liaison. Sans résultat. D'autres tentatives vont encore être entreprises d'ici Noël, voire encore en janvier, alors que la configuration restera relativement favorable.  

"De plus en plus compliqué". "Des expériences sont prêtes mais nous avons besoin de deux liaisons pour remettre Philae en activité", a expliqué un membre de l'équipe. Tchouri a été au plus près du Soleil le 13 août, mais elle s'en écarte depuis et l'activité de la comète décroît à mesure que les températures décroissent. "Chaque jour qui passe et cela devient de plus en plus compliqué", admettent des sources au CNES, rappelant que Philae a déjà apporté une contribution "immense à la science", "à la connaissance des comètes."

Un dernier portrait de Philae par Rosetta ? La fin de la mission Rosetta, la sonde qui a déposé Philae sur la comète, est programmée pour la fin de l'année 2016. L'objectif des scientifiques sera de parvenir à faire poser en douceur la sonde européenne sur Tchouri. Auparavant, un rapprochement de Rosetta avec Tchouri est envisagé afin de parvenir à prendre en photo haute définition Philae sur la comète.


Au fait, à quoi sert cette mission ? Le but de la mission Rosetta, menée par l'Agence spatiale européenne (ESA), est de mieux comprendre les comètes, témoins de la genèse du système solaire il y a 4,6 milliards d'années. Les chercheurs espèrent trouver des indices sur l'apparition de la vie sur Terre. Philae, après son atterrissage sur Tchouri le 12 novembre 2014, a travaillé pendant 60 heures puis s'est s'éteint faute d'un ensoleillement suffisant pour ses batteries. La sonde Rosetta, restée en orbite, a pu analyser les gaz dégagées par Tchouri.