Alain Cirou : la référence du kilogramme va changer car le "'grand K' n'est pas assez précis"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

La référence du kilogramme, jusqu'alors basée sur un objet physique, va être redéfinie afin d'être "dématérialisée", explique le spécialiste scientifique d'Europe 1 à Matthieu Noël. Place à "une formule mathématique d'une extrême précision".

INTERVIEW

La mesure du kilogramme s'apprête à être redéfinie. Lors de la 26ème réunion de la Conférence générale des poids et mesures, prévue le 16 novembre prochain, la définition du kilogramme sera convertie en formule mathématique, alors qu'elle était basée jusque là sur un objet physique.

Le "grand K", un "étalon de référence" qui "ne tient plus la route". Cet objet, le kilogramme étalon que l'on appelle "grand K" qui est pesé tous les 50 ans, "n'est pas assez précis", explique Alain Cirou, spécialiste scientifique à Europe 1, au micro de Matthieu Noël. Le problème, c'est qu'il "change un tout petit peu de poids". "Pas beaucoup, je vous rassure, 50 millionièmes de grammes", précise Alain Cirou. Une variation minime mais la conséquence est là : "Cet étalon de référence ne tient plus la route."

Le "grand K" est par ailleurs "l'un des derniers référents étalons physique". Alain Cirou prend l'exemple du mètre, qui se mesure désormais avec un laser, qui calcule une distance grâce à la vitesse de la lumière : "C'est dématérialisé est c'est ça qui va se faire avec le kilo."

>> De 5h à 7h, c’est “Debout les copains” avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Remplacé par "une formule mathématique d'une extrême précision". La mesure de la masse sera donc désormais définie par "une formule mathématique d'une extrême précision, incontestable, qui met en lien les masses et l'énergie" : "Ça va être quelque chose de nouveau." Lors de cette conférence, toute les unités de mesure vont être redéfinies à partir de constantes fondamentales de la nature pour arriver à "un universalisme" mondial. Avec le pouce, le pied ou le coude, "on se traîne des mesures anciennes où c’était le corps humain qui servait de référence".

"On a dématérialisé le mètre, on a dématérialisé la seconde, le kelvin (c'est la température), on va le changer. Le candela, la mesure de la lumière, on va le changer aussi pour le dématérialiser", détaille de manière non exhaustive Alain Cirou, qui rappelle qu'il existe "sept unités de mesure fondamentales".

"On a une extrême précision, mais plus de références physiques." La cause de ces changements est simple : "On a une extrême précision, mais plus de références physiques. (...) On rentre dans un monde dans lequel ont est au milliardième de seconde, de poids, etc. Vous n'avez jamais eu d'instruments aussi performants et aujourd'hui, il faut des mesures qui le permettent."