VIH : lancement d'une campagne nationale sur la PrEp, un traitement préventif

  • A
  • A
VIH : lancement d'une campagne nationale sur la PrEp, un traitement préventif
L'association Aides lance une campagne nationale d'information et de promotion d'un traitement préventif contre le VIH.@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

Aides vient de lancer une campagne nationale d'information et de promotion de la PrEP, un traitement préventif contre le VIH.

L'association Aides lance une campagne nationale d'information et de promotion de la PrEP, un traitement préventif contre le VIH, encore largement méconnue notamment des femmes qui se trouvent exposées au risque du sida. "Prep : un comprimé par jour vous protège du VIH" (virus du sida, ndlr), c'est l'accroche de cette "première" campagne #Prep4Love (aides.org/prep). Elle sera visible en affichage tout l'été dans les plus grandes villes de France, la presse ainsi que sur le web et les réseaux (visuels de couples hétéros et homos et vidéos), indique l'association.



Complémentaire aux autres moyens de prévention. La Prep est un outil complémentaire aux autres moyens de prévention comme le préservatif, le traitement des personnes séropositives ou encore le dépistage, note l'association. "Cet outil s'adresse aux personnes les plus exposées au virus du sida. En particulier celles qui rencontrent des difficultés à utiliser le préservatif ou à négocier son usage avec leurs partenaires. C'est notamment le cas de nombreuses femmes, encore trop souvent tributaires du bon-vouloir des hommes pour se prémunir contre le VIH", explique Camille Spire, membre du conseil d'administration de AIDES.

Encore peu utilisée. Mais la Prep destinée à faire baisser le nombre de nouvelles contaminations "peine encore à atteindre ses cibles" : 18 mois après son autorisation de mise sur le marché, seules 7.000 personnes en France utilisent ce traitement préventif, le Truvada et ses génériques. 

Peu de femmes. Selon les dernières données disponibles, 97% des prescriptions de Prep concernent des HSH (hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes). Les personnes migrantes et originaires d'Afrique subsaharienne, elles aussi très concernées par le VIH, restent mal informées sur ce traitement préventif, ajoute Aides. Et les femmes "ne représentent que 1% des inclusions" dans ce programme de prévention, pointe l'association.

Selon la Haute autorité de Santé (HAS), la PrEP est recommandée à tous les adultes exposés à un haut risque de contracter le VIH. Il s'agit notamment des homosexuels ou HSH, en particulier s'ils ont eu une MST/IST ou un traitement anti-VIH après un rapport à risque dans l'année écoulée et des prostitué(e)s ayant des rapports sexuels non protégés.