Vider le frigo la nuit en dormant est une maladie

  • A
  • A
Vider le frigo la nuit en dormant est une maladie
@ REUTERS
Partagez sur :

LA NUIT, JE MANGE - La parasomnie-boulimique est souvent le signe d'une grande anxiété. Mais cette maladie se soigne.

Tout le monde a entendu parler du somnambulisme et de la boulimie mais connaissez-vous la parasomnie-boulimique ? Ce trouble est un mélange des deux pathologies. Explications.

Manger sans en avoir conscience. Vider son frigo la nuit… sans en garder le moindre souvenir. Tel était le quotidien d'un jeune homme de 24 ans, relaté récemment par le New York Post. Cette histoire étonnante cache, en fait, une vraie pathologie : la parasomnie-boulimique. Contrairement aux fringales nocturnes, les personnes qui en sont victimes avalent des quantités gargantuesques de nourriture - des chips, des gâteaux, voire un poulet entier – à leur insu. Si la plupart vident le frigo, certains vont encore plus loin comme cette patiente qui mangeait des saucisses encore congelées lors d'une crise nocturne. La différence avec les crises de boulimie classiques ? Ces transes alimentaires se déroulent vraiment pendant que la personne dort.

"J'ai pris plus de dix kilos en six ans". Antoine, 50 ans, a raconté son histoire à Europe1 : pendant des années, comme un somnambule, il a vidé les placards de sa cuisine la nuit… au grand désespoir de sa femme Isabelle. "Comme mon épouse s'apercevait de ce qui manquait dans le frigo, elle voulait poser un cadenas, mettre une alarme", raconte-t-il. Et sa femme  de préciser : "il mangeait tout ce qu'il ne pouvait pas mangeait dans la journée : du Nutella, des biscuits que j'achetais pour les enfants…". Désormais, tout cela n'est plus qu'un mauvais souvenir pour Antoine mais il garde de cet épisode de sa vie un très mauvais souvenir : "je m'en voulais énormément… Pendant cette période, qui a duré cinq ou six ans, j'ai pris dix à douze kilos".

La guérison est possible. Antoine s'en est sorti grâce à la relaxation. Rien d'étonnant pour la spécialiste du sommeil Sylvie Royant-Parola, qui explique que ce trouble est souvent le reflet d'une grande anxiété et émotivité. Comment guérir alors ? "On va d'abord essayer  de diminuer l'anxiété. On va essayer aussi parfois de modifier les horaires de sommeil si ces derniers varient beaucoup", explique-t-elle. L'hypnose peut également être une piste et, pour les cas les plus graves, la prise d'antidépresseurs.