Vaccin contre la bronchiolite : "Cela peut prendre plusieurs années"

  • A
  • A
Partagez sur :

Près de 10.000 enfants sont hospitalisés chaque année après avoir contracté la maladie. Odile Launay, qui dirige une équipe chargée d'élaborer un vaccin, explique sur Europe 1 comment lutter contre le virus.

Elle pourrait presque passer pour banale. Avec la baisse des températures, la bronchiolite est de retour. SOS Médecins l'a constaté dans ses consultations. Pourtant chaque année, la bronchiolite amène près de 10.000 enfants à être hospitalisés, notamment les enfants de moins de deux ans, et provoque de graves problèmes respiratoires. Une équipe de chercheurs français, dirigée par le professeur Odile Launay, responsable du centre de vaccinologie Cochin-Pasteur à Paris, travaille actuellement à l'élaboration d'un vaccin. La médecin était l'invitée d'Europe 1 lundi.

Vacciner les mamans pour protéger les bébés. Encore en développement, ce vaccin vise à protéger les petits-enfants par le biais des mamans qui seraient vaccinées en fin de grossesse afin qu'elles soient capables de fabriquer des anticorps qu'elles transmettraient à leur bébé."C'est un concept déjà utilisé pour d'autres vaccins comme la grippe, qui est recommandé pour toutes les femmes enceintes", rappelle Odile Launay. "Un vaccin ne marche jamais à 100%", avance toutefois prudemment le professeur. Car l'étude, qui va bientôt démarrer, va porter sur des femmes âgées de 18 à 45 ans et qui ne sont pas enceintes, "pour déjà, avoir quelques données", explique la responsable en vaccinologie.

Le virus de la bronchiolite est bien connu des chercheurs. "C'est un virus respiratoire qui atteint les personnes aux âges extrêmes de la vie en particulier les nourrissons. Les personnes âgées sont aussi concernées", explique Odile Launay, "même si c'est moins connu". Ce virus peut être la cause d'infection respiratoire chez les nourrissons, provoquant même parfois une hospitalisation en réanimation. Même si, dans 95% des cas, les enfants guérissent spontanément, en cinq à dix jours.

Un vaccin sans doute dans quelques années. La commercialisation est toutefois loin d'être acquise. Des données ont déjà été récoltées auprès de jeunes personnes en bonne santé, et qui montrent que le vaccin produit des anticorps. "Les doses de vaccins vont ainsi être comparées pour savoir quelle est la dose la plus intéressante", détaille Odile Launay. Si les résultats sont satisfaisants, les essais commenceront sur les femmes enceintes. "Cela peut prendre encore plusieurs années", admet le professeur.

Le Centre d'Investigation Clinique en Vaccinologie Cochin-Pasteur recherche actuellement des femmes entre 18 et 45 ans. Une indemnisation est prévue. Pour toute information, contactez le 01.58.41.28.60 ou par email francoise.delisle@aphp.fr