Y a-t-il un gène de l'infidélité ?

  • A
  • A
Y a-t-il un gène de l'infidélité ?
@ Maxppp
Partagez sur :

Selon une étude réalisée par des chercheurs australiens l'adultère serait en partie génétique et donc héréditaire.

Voila une bonne excuse pour les infidèles. Selon une étude australienne, il existe un gène de l'infidélité, qui confirme l'hypothèse selon laquelle l'adultère serait héréditaire. Ainsi, selon les chercheurs de l'université du Queensland, 63% des hommes et 40% des femmes infidèles le seraient à cause de leur patrimoine génétique, rapporte Le Telegraph.

>> LIRE AUSSI - Hommes-Femmes : l'infidélité en hausse chez les deux sexes

Les profils génétiques de jumeaux étudiés. Pour réaliser cette étude, les scientifiques ont passé au crible les séquences génétiques de 7.300 jumeaux, âgés de 18 à 49 ans et en couple depuis plusieurs années. Parmi eux, 9,8% d'hommes et 6,4% de femmes avaient eu deux ou plus partenaires sexuels au cours des 12 mois qui avaient précédé l'enquête. En comparant les profils génétiques de vrais jumeaux et de faux jumeaux, les chercheurs ont pu identifier un gène féminin qui pourrait être responsable de ces infidélités.

>> LIRE AUSSI - Comment se reconstruire après l’infidélité ?

"Les gènes influencent le comportement sexuel". "Nos recherches montrent clairement que les gènes influencent le comportement sexuel des gens", confie le Docteur Brendan Zietsch, chercheur dans le département psychologie de l'université australienne, interrogé par le Telegraph. Le gène en question, dénommé AVPRIA, permet la production de l'hormone arginine-vasopressine. Une hormone qui influe sur le comportement social des gens et impacte sur l'attachement entre les partenaires sexuels.

>> LIRE AUSSI - "Sommes-nous d’une nature fidèle ?"

Des précédents tests appuient cette piste. Les chercheurs précisent toutefois que ces recherches doivent être approfondies. Il est en effet particulièrement périlleux d'isoler des gènes sachant qu'ils fonctionnent tous en corrélation les uns avec les autres.

Mais des tests effectués sur des campagnols des prairies (des souris connues pour leur fidélité) et des campagnols des champs (des souris connues pour leur infidélité), avaient permis de montrer que le gène AVPRIA influait sur leur comportement sexuel.