Travail de nuit : "les perturbations du sommeil provoquent un stress physiologique"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le travail de nuit affaiblit le système immunitaire et favorise l'arrivée de maladies, selon un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

INTERVIEW

Un rapport d’expertise publié mercredi par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) met en lumière les dangers du travail de nuit sur la santé. Une vingtaine d'experts ont passé en revue pendant quatre ans toutes les publications sur la question, tandis que cette forme de travail a explosé en 10 ans, surtout chez les femmes.

Baisse des défenses immunitaires. "La privation de sommeil est inhérente au travail de nuit et elle fait baisser les défenses immunitaires", explique Sylvie Royant Parola, psychiatre, spécialiste du sommeil, mercredi sur Europe 1. "Sur le plan sanitaire, les perturbations du sommeil provoquent un stress physiologique : elles affectent le métabolisme, et favorisent le risque de cancer, d'obésité, de diabète de type II, de maladies cardio-vasculaires et de troubles psychiques", détaille-t-elle. "Le fait d'être éclairé la nuit, à un moment où certaines cellules hormonales doivent être dans un fonctionnement de repos et dans le noir, provoque des risques de cancers du sein", prévient-elle encore

Le facteur stress et adaptation. "Le travail de nuit affecte aussi la vie sociale et familiale. Maintenant va falloir passer à la phase suivante : comment diminuer tous ces risques ? Comment aider les gens pour qu'ils ne soient pas trop exposés? On sait aussi qu'il y a un facteur de stress et d'adaptation qui joue beaucoup. Si les gens supportent bien le travail de nuit, ça va mieux se passer", analyse-t-elle. "En revanche, si on a un travail de nuit avec un sommeil perturbé dans la journée, on va avoir des conséquences plus sérieuses", conclut-elle.