Touraine : "la généralisation du tiers payant est un progrès"

  • A
  • A
23 partages

INTERVIEW E1 - Marisol Touraine présente mercredi son projet de loi santé en conseil des ministres.  

La ministre des Affaires Sociales et de la Santé Marisol Touraine présente le projet de loi santé mercredi en conseil des ministres. De nombreuses mesures seront annoncées comme l'instauration d'un paquet de cigarettes neutre, l'interdiction de l'e-cigarette dans les lieux publics mais aussi la généralisation du tiers payant. "C'est une mesure de progrès la généralisation du tiers payant, une mesure de gauche", a expliqué Marisol Touraine sur Europe 1, mercredi. "Chacun doit pouvoir accéder à son médecin sans avoir d'obstacles financiers". 

>> LIRE AUSSI : Ce qu'il faut savoir sur le projet de loi santé 

Le tiers payant "sera simple à mettre en oeuvre pour les médecins". "Pourquoi existe-t-il tant de personnes qui vont à l'hôpital alors que leur état de santé ne le justifie pas ?", s'est interrogée la ministre de la Santé, mercredi sur Europe 1. "Ces personnes ont des difficultés d'accès aux soins". Pour les médecins, sa généralisation, infaisable techniquement, entraînerait la déresponsabilisation des patients. "Je prends l'engagement que le système sera simple d'accès et de mise en oeuvre pour les médecins", s'est défendue Marisol Touraine. 





"Je veux la fin du tabagisme". Dans ce projet de loi santé, figurent également plusieurs mesures pour faire diminuer le tabagisme comme l'instauration d'un paquet de cigarettes neutre et l'interdiction de fumer en voiture en présence d'un enfant de moins de 12 ans. "Je veux la fin du tabagisme", a expliqué Marisol Touraine. "73.000 personnes meurent chaque année du tabac en France. Imaginez que chaque jour il y a avion qui s'écrase avec 200 personnes à bord. C'est ça les victimes du tabac. Je veux me battre contre ça". La ministre de la Santé a également défendu l'interdiction de la vapoteuse dans les lieux publics. "Il s'agit d'encadrer l'usage de la vapoteuse, pas de l'interdire", a-t-elle déclaré. Et de justifier : "il ne faut pas que les jeunes entrent dans le tabac en commençant à vapoter". 

>> LIRE AUSSI - Interdire le vapotage au travail, pas si simple

Que faire contre le binge drinking ? "Il y aura des mesures spécifiques d'abord en direction des mineurs, parce que c'est la priorité", a précisé la ministre de la Santé. "Il sera désormais interdit de vendre des produits qui rendent sympathique l'alcool". Parmi les produits visés, elle a mentionné "des protections pour les téléphones portables ou des t-shirts avec des scènes un peu amusantes autour de l'ivresse". La vente de ces produits fera l'objet de "sanctions", tout comme "tout ce qui encouragera" le "binge drinking" dans les universités et dans les associations.