Surdité : comment met-on nos oreilles en danger ?

  • A
  • A
0 partage

Alors que le leader du groupe de rock AC/DC, Brian Johnson, a appris qu'il risquait de devenir totalement sourd s'il continuait de se produire sur scène, il existe quelques méthodes simples pour se protéger les oreilles. 

AC/DC menacé. Cela fait maintenant des années que le chanteur d’AC/DC écoute du rock à fond dans les oreilles. Une pratique qu'il paye aujourd’hui puisque ses médecins lui ont dit de tout arrêter immédiatement, au risque de finir sourd. Rien ne va plus, donc, dans les oreilles de Brian Johnson. Mais cela n'a rien d'étonnant pour le médecin Gérald Kierzek, spécialiste santé d'Europe 1. "On ne sait pas exactement de quel problème auditif souffre le chanteur d’AC/DC mais il y a deux types de surdité acquise : les pathologies de l’oreille et la presbyacousie qui est le vieillissement normal de l’oreille qui s'amplifie avec le fait d’être exposé trop longtemps à des volumes sonores importants", a-t-il expliqué mercredi.

Un stock de cellules. Certains artistes portent des bouchons d’oreille "qui protègent quand on va une ou deux fois par an à un concert". "Mais quand on est tous les jours en répétition ou en concert avec des niveaux d’exposition très importants sur une durée assez longue, ils ne servent à rien. On a un stock de cellules dans l’oreille et ce capital va en diminuant", affirme le médecin d'Europe 1 avant d'ajouter : "on a environ 15.000 cellules ciliées à la naissance, qui vont vibrer avec les ondes et les transformer le son. Mais ces cellules, ainsi que les neurones qui sont derrière pour transmettre au cerveau, vieillissent. On peut d’ailleurs très bien avoir, après de longues expositions à des niveaux importants, entre 40 et 50 ans, une oreille de quelqu’un de 80 à 90 ans". Le stock de cellules et de neurones du leader du groupe de hard-rock australo-britannique est donc quasi épuisé puisque comme l'explique Gérald Kierzek, "il ne se régénère pas". 

Comment faire attention dans son quotidien ? Il existe des législations pour l’exposition sonore. Par exemple pour les baladeurs dans les oreilles, le volume est limité à 100 décibels, c’est la limite européenne. Mais, au quotidien, on peut rapidement atteindre des seuils de danger. Une tondeuse à gazon, qui n’est pas soumise à une législation particulière par exemple, représente 85 décibels, donc elle dépasse le seuil de danger fixé à 80-85 décibels. Et, une sirène d’ambulance représente également 105 décibels.

Existe-t-il de la musique qui attaque plus les oreilles ? Et bien oui, puisque Mozart attaque moins qu’AC/DC par exemple, rappelle Gérald Kierzek. "Cela s’explique car il y a des alternances de périodes calmes et brèves avec des silences pendant lesquels les oreilles peuvent se reposer alors qu’avec AC/DC, d’emblée le son est très fort et il n’y a pas de moment de répit".