Sida : le traitement préventif Truvada peine à s'imposer dans le monde

  • A
  • A
Sida : le traitement préventif Truvada peine à s'imposer dans le monde
@ AFP
Partagez sur :

Recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le traitement préventif Truvada peine encore à s'imposer comme un outil efficace contre le sida.

Gratuit dès 2016 en France. Réclamé par de très nombreux experts et recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Truvada peine pourtant à s'imposer. Ce traitement préventif contre le sida est autorisé depuis trois ans aux Etats-Unis. La France a annoncé cette semaine que le Truvada allait, début 2016, être mis gratuitement à la disposition de personnes non infectées mais très exposées au risque de contamination par le VIH.

Un second outil. Le Truvada est une combinaison d'antirétroviraux du laboratoire américain Gilead mis sur le marché en 2005 en tant que traitement pour les malades du sida, avant d'être validé scientifiquement comme médicament préventif. "Il ne s'agit pas de jeter les préservatifs qui sont un très bon outil. Le traitement préventif est un second outil pour ceux qui ne se protègent pas", souligne Bruno Spire, l'ancien président de l'association française de lutte contre le sida Aides.

Accessible aussi au Québec. Le traitement préventif, également appelé "prophylaxie pré-exposition" (PrEP), est autorisé aux Etats-Unis depuis 2012 pour les personnes séronégatives dont le partenaire est séropositif et pour les toxicomanes s'injectant des drogues. Au-delà des Etats-Unis, le traitement préventif est à ce jour uniquement accessible au Québec où les médecins ne sont pas tenus de préciser si le Truvada est utilisé à titre préventif ou curatif, alors même que la PrEP n'est pas officiellement homologuée au Canada.