Santé : cette étude qui classe la France 24ème, derrière l'Espagne et le Royaume-Uni

  • A
  • A
Santé : cette étude qui classe la France 24ème, derrière l'Espagne et le Royaume-Uni
@ JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Une étude dresse un classement des pays qui en font le plus pour la santé de leurs citoyens. 

L'Islande est le pays le plus en avance en matière de politique de santé, selon une étude de l'Institut américain des mesures et évaluations de la santé (IHME) à Seattle, financée par la fondation Bill & Melinda Gates. L'étude est la première évaluation des performances de santé relatives aux Objectifs de développement durable (ODD/SDG) des Nations Unies.

L'Islande arrive en tête d'un classement de 188 pays, classés en fonction de leurs résultats dans le domaine de la santé, suivi de Singapour et de la Suède. La Centre-Afrique ferme la marche, tout juste précédée de la Somalie et du Soudan  du sud. La France, elle, écope d'une modeste 24e place, derrière le Royaume-Unis (5ème) l'Espagne (7ème) ou le Canada (9ème) et juste devant la Slovénie, la Grèce, le Japon et les Etats-Unis.

Pourquoi la France est-elle mal classée ? Le classement est établi à partir d'un index complexe intégrant 33 indicateurs de santé pour mesurer les progrès de ces pays entre 1990 et 2015. Chacun des indicateurs est noté de 0 (le moins bon) à 100 (le meilleur).

La France est notamment pénalisée par une lutte anti-tabac (avec une note de 44 sur 100) nettement moins vigoureuse que celle du trio de tête, mais aussi par un taux de "décès dus à la violence collective" (22) qui pourrait s'expliquer par les attentats de l'an dernier. Dans la prévention contre les suicides (41) et l'alcool (53), également, la France fait moins bien que beaucoup de ces voisins, comme l'Espagne (69 et 57) ou le Royaume-Uni (64 et 57).

Et le reste du monde ? Les Etats-Unis (28e place, juste devant l'Estonie), pour leur part, doivent leur performance relativement médiocre aux indicateurs portant sur les morts dues aux violences entre personnes, le VIH, la consommation d'alcool, le surpoids des enfants et les suicides. Et, leurs piètres scores en matière de mortalité maternelle et infantile, comparés aux autres pays riches, sont le reflet des inégalités d'accès aux soins de qualité, souligne l'étude.

Globalement, les progrès varient largement selon les indicateurs. Ainsi, plus de 60% des pays ont déjà atteint les objectifs de réduction de la mortalité maternelle fixés par l'ONU pour 2030 (moins de 70 morts pour 100.000 naissances vivantes) et de mortalité infantile (25 décès pour mille naissances vivantes). En revanche, aucun pays n'a réussi à éliminer complètement certaines maladies comme la tuberculose. Malgré une croissance économique rapide, l'Inde est classé 143e derrière les Comores et le Ghana.

La santé fait partie des 17 objectifs de développement durable (ODD/SDG) à l'horizon 2030, adoptés par les Nations Unies en septembre 2015.