Infarctus du myocarde : comment détecter les symptômes ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le docteur Gérald Kierzek explique sur Europe 1 comment reconnaître les symptômes de l'infarctus du myocarde et la conduite à tenir.

L’infarctus du myocarde est une affection cardiaque fréquente, dont la mortalité a fortement diminué ces dix dernières années. Aujourd’hui, elle est inférieure à 10%. Un infarctus survient lorsqu’une artère se bouche, bloquant l’approvisionnement en sang du myocarde, le muscle cardiaque. Dans le Grand direct de la santé, le docteur Gérald Kierzek a fait le point sur les différents symptômes de cette maladie et sur la conduite à adopter.

Des symptômes différents chez les hommes et chez les femmes. La plupart du temps, l’infarctus provoque une douleur dans le thorax qui irradie le reste du corps, notamment au niveau du bras et de la machoire. Il faut noter que cette douleur n’est pas rythmée par les mouvements : elle est constante, que vous soyez debout, assis ou en train de marcher. La mortalité de l’infarctus est supérieure chez les femmes, à la fois car leurs symptômes sont différents et parce que pendant longtemps elle étaient moins touchées que les hommes. Les médecins ont donc eu tendance à soupçonner moins facilement ce type d’affection chez elles. Les femmes ressentent quant à elles des douleurs qui s’accompagnent d’un embarras gastrique et de nausées. Les facteurs de risques restent les mêmes chez les hommes et les femmes : tabagisme, cholestérol, etc.

Ne pas hésiter à appeler le 15. En cas de doute, il faut absolument appeler le 15. Les professionnels au bout de fil vous poseront un certain nombre de questions, qui leur permettront de déterminer si vos douleurs sont d’origine cardiaque. Si c’est le cas, ils vous enverront un médecin ou une ambulance. Un électrocardiogramme et une prise de sang, pour évaluer votre taux de troponine, leur permettront d’établir un diagnostic. Enfin, selon Gérald Kierzek, il ne faut absolument pas se fier aux différentes astuces qui pullulent sur internet. Il vaut mieux appeler le 15 pour rien que de passer à côté d’un diagnostic.