Patchs : attention aux mauvaises utilisations

  • A
  • A
Patchs : attention aux mauvaises utilisations
@ Maxppp
Partagez sur :

SANTÉ - Les patchs peuvent avoir des effets indésirables graves s'ils ne sont pas bien utilisés.

Les patchs ne sont pas des gadgets mais bien des médicaments. Voilà ce que souhaite rappeler l'Agence de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) qui lance une brochure à ce sujet dédiée aux patients. L'Ansm tire la sonnette d'alarme car elle a été "destinataire de signalements de risques d'erreur ou d'erreurs médicamenteuses". Et les "trois quarts" de ces signalements ont donné lieu à "des effets indésirables parmi lesquels près de la moitié étaient des effets indésirables graves". L'Agence souligne que la plupart de ces incidents sont liés à "un manque d'information ou de formation sur les modalités d'usages".

>> LIRE AUSSI - Les patchs à la nicotine sont inefficaces pendant la grossesse 

Respecter les modalités d'application. L'Ansm rappelle que les patchs, autrement appelés "dispositif transdermiques", ne doivent pas être découpés (sauf consignes contraire dans la notice), ni recevoir de traces de crayon. Un patch usagé, contenant toujours du principe actif, doit être retiré avant d'en appliquer un deuxième.

Le patch n'est pas l'ami de la chaleur. Une augmentation de la température du corps peut modifier la dose du patch et la vitesse à laquelle elle est délivrée, provoquant des surdosages néfastes.

L'Ansm préconise donc de ne pas porter de patch lors d'une activité sportive en période de fortes chaleurs ou de s'exposer au soleil longtemps sans protéger le patch d'un vêtement. Il faut aussi éviter d'aller au sauna ou de prendre un bain avec un patch.

Attention aux enfants. Les patchs neufs ou usagés peuvent se révéler dangereux. C'est pour cette raison qu'il faut les stocker hors de la portée des enfants qui pourraient les ingérer. Pour un maximum de sécurité, l'Ansm conseille de ramener les patchs utilisés à la pharmacie pour une destruction sécurisée.

>> LIRE AUSSI - Substituts nicotiniques : éloignez vos enfants 

Face au médecin. L'ANSM rappelle qu'il est important de signaler lors d'une visite médicale un port de patch, afin que cela n'interfère pas avec un traitement nouveau que le médecin peut prescrire. Enfin, si vous devez subir un IRM, il faut indiquer le port de patch aux professionnels de santé. Certains contiennent en effet des métaux qui peuvent provoquer des brûlures.

>> LIRE AUSSI - E-cigarettes : les ventes de patch en chute libre