Mildt : un plan d'action contre les drogues et les addictions

  • A
  • A
Mildt : un plan d'action contre les drogues et les addictions
@ Max PPP
Partagez sur :

SANTÉ - Elle a dévoilé lundi un plan d'action contre les drogues et les addictions avec une priorité : les jeunes.

L'info. Dans sa lutte contre la drogue et les addictions, le gouvernement a décidé d'accorder la priorité à la jeunesse. D'autant que cette dernière s'adonne au "binge drinking" et qu'elle figure parmi les plus gros consommateurs de cannabis au monde. Pour y faire face, la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt) a présenté lundi un plan d'action en 130 points et doté d'un budget de 59 millions d'euros. En voici les grandes lignes.
>> A lire aussi - Alcool, tabac, drogues : la carte de France des addictions

Les jeunes et l'alcool, 930*620, Maxppp

Le constat : plus d'alcool et de drogue, plus tôt. Si la Mildt s'intéresse aux jeunes, c'est parce qu'ils figurent parmi "les populations les plus exposées". D'abord au regard des quantités consommées : le "binge drinking" touche plus de la moitié des lycéens et la consommation d'herbe "a explosé",. Mais aussi au regard de leur âge : "ces jeunes consomment de plus en plus jeunes, tabac, alcool, cannabis, drogues de synthèse", a souligné Danièle Jourdain-Menninger, présidente de la Mildt.

Renforcer la prévention. La Mildt souhaite développer des partenariats avec les universités, où des "étudiants référents" feront de la prévention, notamment lors des soirées festives. Elle va également mettre au point de nouvelles campagnes médiatiques, auxquelles des lycéens participeront. Un nouveau site Internet, baptisé "Addiction Infos Service", sera également mis en ligne. Et un accent particulier sera porté sur la drogue au volant dans les opérations organisées par la Sécurité routière dans les établissements scolaires.

Améliorer la détection. La Mildt va travailler à améliorer la formation des professionnels (éducatifs et de santé) pour repérer le plus tôt possible les conduites addictives. Les agences régionales de santé (ARS) vont également être chargé de coordonnéer au niveau local la lutte contre les pratiques addictives.

Faciliter la prise de contact. La Mildt souhaite également faciliter les démarches des usagers qui souhaitent se faire aider. Les Consultations jeunes consommateurs (CJC) vont donc faire l'objet d'une plus grande publicité. La Mildt pense aussi aux parents d'usagers, souvent désemparés, et prévoit par exemple l'ouverture d'une ligne téléphonique dédiée.

Grossesse 930x620

Cibler les autres populations à risque. Le plan de la Mildt s'attarde aussi sur "les femmes enceintes qui consomment encore trop régulièrement de l'alcool et du tabac pendant la grossesse; les femmes usagères de drogues qui s'excluent du soin par crainte d'être stigmatisées; et les personnes les plus éloignées des dispositifs pour des raisons géographiques ou sociales". Pour ces dernières, la Mildt compte sur l'expérimentation des salles de consommation à moindre risque, avec en outre la volonté de toucher davantage les quartiers défavorisés, en ville comme à la campagne.