Mieux supporter les acouphènes, ce sera (bientôt) possible

  • A
  • A
Mieux supporter les acouphènes, ce sera (bientôt) possible
@ GEORGES GOBET / AFP
Partagez sur :

Plus de 6.000 spécialistes ORL venus de plus de 135 pays sont attendus à Paris pour débattre et découvrir les innovations dans ce domaine médical

Le congrès mondial d'ORL qui se tient cette année à Paris ouvre ses portes ce samedi, et jusqu'à mercredi. Plus de 6.000 spécialistes venus de plus de 135 pays sont attendus pour débattre et découvrir les innovations dans ce domaine médical qui concerne les pathologies de la tête, de la gorge, du nez ou encore des oreilles. Et justement, plusieurs sessions scientifiques seront consacrées aux acouphènes, ces bruits ou bourdonnements que certains entendent en continu et qui leur gâchent la vie. Le point sur les avancées contre ce trouble.

Des injections de médicament, directement au plus près de l'oreille interne. Aujourd'hui, le traitement le plus efficace contre les acouphènes, ce n'est pas un médicament, mais c'est la thérapie psychologique et comportementale. En clair, on apprend aux patients à gérer ses acouphènes. Un peu comme les personnes vivant au bord de la mer, qui ne sont pas gênés par le bruit des vagues, et bien le but de ces thérapies c'est d'apprendre à vivre avec, sans focaliser dessus.

Malheureusement, ça ne fonctionne pas chez tout le monde. Du coup, dans ce domaine, la recherche continue, avec notamment des injections de médicament, directement au plus près de l'oreille interne, précise Alain Londero, ORL à l'hôpital européen Georges Pompidou : "ce sont essentiellement des produits qui agissent de deux façons. Le premier sur les neurotransmetteurs de l’oreille, c’est-à-dire sur la façon dont les cellules sensorielles de l’oreille interagissent avec les fibres du nerf auditif auxquelles elles sont connectées. Et ce sont aussi des produits qui agissent sur la mort cellulaire, c’est-à-dire pour empêcher que les cellules agressées, par exemple par un traumatisme sonore, ne décident de mourir".

Bientôt une salle de musculation cérébrale. Enfin il y a aussi une autre piste de traitement en cours d'expérimentation, c'est ce qu'on appelle "le neuro feedback", une rééducation cérébrale. On sait que dans 95% des cas d'acouphènes, il y a une zone du cerveau qui a une activité anormale. Et bien une start up française est en train de mettre au point une sorte de salle de musculation cérébrale, un casque avec des électrodes qu'on place sur la tête pour analyser l'activité du cerveau et donc le rééduquer.