Médicaments contrefaits, je fais quoi ?

  • A
  • A
Médicaments contrefaits, je fais quoi ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le trafic de faux médicaments prend de plus en plus d'ampleur. Europe1.fr vous explique tout.

Quels sont les médicaments les plus contrefaits ? - La palme du médicament le plus copié dans le monde revient au Viagra, qui soigne les troubles de l'érection. Ce sont principalement les médicaments touchant à la vie quotidienne qui sont contrefaits : aspirine, antihistaminiques (contre les allergies), traitements contre l'obésité ou le diabète, coupe-faim, stéroïdes pour les sportifs...

Les lentilles de contact ou encore les préservatifs peuvent aussi être copiés.

Pas de contrefaçons en pharmacie

Où les trouver ? - En France, seuls les pharmaciens et les hôpitaux sont autorisés à délivrer des médicaments, rappelle Isabelle Adenot, la présidente de l'Ordre des pharmaciens, interrogée par Europe1.fr. Toutes les autres voies sont donc potentiellement dangereuses. La vente à la sauvette est peu répandue en France. C'est Internet qui représente la plus grande menace : la Mutualité française estime qu'un médicament sur deux vendu sur le web est contrefait.

Mon pharmacien peut-il m'en vendre ? - Jusqu'à présent en France, aucun médicament contrefait n'a été retrouvé dans le circuit de distribution autorisé. Pour la présidente de l'Ordre des pharmaciens, la raison est simple : le médicament passe du laboratoire à un grossiste puis à l'officine ou l'hôpital. Et à chaque étape, contrairement aux autres pays, c'est un pharmacien qui vend le médicament à un autre pharmacien. Et l'Ordre des pharmaciens est très clair : "le premier qui essaie de faire entrer une contrefaçon dans le circuit n'est immédiatement plus pharmacien", prévient Isabelle Adenot.

L'Ordre des pharmaciens et l'Afssaps ont d'ailleurs édité une brochure pour sensibiliser les pharmaciens à la lutte contre la contrefaçon.

Comment les reconnaître ? - L'emballage qui ne ressemblerait pas au conditionnement habituel est un indice. Attention également à l'apparence (forme, couleur) des médicaments. Mais "les contrefacteurs se sont vraiment professionnalisés. Avant, ils faisaient des fautes d'orthographes grossières sur les emballages. Aujourd'hui, même des experts des laboratoires pharmaceutiques sont obligés d'utiliser des technologies de pointe pour reconnaître certains faux médicaments", prévient Isabelle Adenot.

Un prix anormalement bas doit aussi vous mettre la puce à l'oreille.

Trois types de contrefaçon

Que risque-t-on ? - Il existe trois types de contrefaçons et donc trois risques, explique la présidente de l'Ordre des pharmaciens.

Le médicament contrefait peut utiliser la même molécule que le médicament original mais être mal dosé. On risque donc un surdosage ou un sous-dosage.

La contrefaçon peut contenir de l'eau ou des produits inoffensifs mais pas de molécule active. Le produit n'aura donc aucun effet sur la maladie, c'est "un non soin", précise la présidente de l'Ordre des pharmaciens. Cela peut être grave dans certains cas, comme le traitement de cancers par chimiothérapie.

Enfin, le médicament contrefait peut être composé de produits nocifs pour la santé. A l'étranger, "on a déjà trouvé de l'huile de vidange de moteur dans du sirop pour enfants", raconte Isabelle Adenot.

"N'achetez jamais de médicaments dans la rue"

Et si j'achète mes médicaments à l'étranger ? - La vigilance doit être maximale dans les pays en voie de développement, particulièrement touchés par la contrefaçon de médicaments. Actuellement au Cameroun, 70% des médicaments antipaludéens en circulation seraient des contrefaçons, indique l'Ordre des pharmaciens.

En Europe toutefois, notamment au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, des médicaments contrefaits ont été retrouvés dans des officines.

"A l'étranger, n'achetez jamais de médicaments dans la rue", conseille Isabelle Adenot. "Emportez vos propres médicaments. Et si vous avez vraiment besoin d'en acheter, préférez toujours le circuit légal", ajoute-t-elle.