Mediator : première plainte au pénal

  • A
  • A
Mediator : première plainte au pénal
Des victimes du Mediator ont porté plainte contre le laboratoire Servier@ maxppp
Partagez sur :

Une plainte a été déposée contre Servier, tandis qu'une association lance un appel à témoins.

L'affaire Mediator prend une nouvelle tournure. Une plainte a été déposée à Nanterre jeudi contre les laboratoires Servier, accusés d'avoir entraîné de graves problèmes cardiaques avec son médicament Médiator, dont la nocivité avait été reconnue officiellement trois jours plus tôt. L'Association française des diabétiques lance par ailleurs un appel à témoins.

Plainte pour "homicide involontaire"

La famille d'un patient aujourd'hui décédé et un autre patient souffrant de graves atteintes aux valves du coeur, ont déposé plainte contre X pour "tromperie aggravée sur la nature, la qualité substantielle et la composition du produit", "mise en danger de la vie d'autrui", "administration de substance nuisible" et "homicide involontaire", a indiqué leur avocat Me Charles Joseph-Oudin. Cette plainte a été déposée auprès du parquet de Nanterre car le siège social des laboratoires Servier se trouve dans les Hauts-de-Seine mais elle sera instruite par le Pôle de santé publique de Paris. Quatre plaintes ont déjà été déposées contre Servier depuis le retrait de la vente du Mediator mais c'est la première qui concerne le pénal.

"Les plaignants ont clairement l'intention de soumettre à la justice toutes les questions soulevées par la récente étude de la Cnam et de lui demander de se pencher sur les dysfonctionnements au sein des autorités sanitaires qui ont tardé à interdire ce médicament", a expliqué Me Joseph-Oudin. "Ils sont scandalisés par le manque de considération à leur égard et attendaient que la nocivité de ce médicament soit reconnue officiellement pour entamer des poursuites judiciaires", a ajouté l'avocat en charge d'une vingtaine de cas similaires.

Le parquet de Paris a demandé mercredi aux gendarmes de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp) un premier rapport sur le médicament Médiator. Ce rapport pourrait servir de base à l'ouverture d'une enquête par le pôle Santé publique du parquet. Des informations ont également été demandées à l'Agence des produits de santé (Afssaps) sur le nombre et la nature des plaintes provenant de patients, dans l'attente de la réception de ces plaintes

Appel de l'Association française des diabétiques

L'Association française des diabétiques (AFD) a par ailleurs appelé mardi les personnes ayant pris du Mediator, ou leur famille, à lui communiquer "dans le détail les conditions de la prescription et de la consommation de ce produit" afin de "conforter son information et sa position". "L'AFD prendra toutes les dispositions nécessaires à la défense des personnes atteintes du diabète et de leur famille", a indiqué l'association dans un communiqué.

Les témoignages de patients peuvent être envoyés par mail (connaissance.diabete@afd.asso.fr) ou par courrier (Cellule Mediator-AFD, 88 rue de la Roquette, 75544 Paris cedex 11).