L'hyperactivité, "un terme un peu trompeur"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Sur Europe 1, le docteur Gabriel Wahl a rappelé que l'hyperactivité renvoyait à un trouble tri-dimensionnel.

INTERVIEW

"Le terme d'hyperactivité mérite d'être précisé". Pour le docteur Gabriel Wahl, psychiatre et pédopsychiatre, cette maladie est trop souvent associée à une sur-agitation. Une généralisation qu'il tient à contre-balancer.

"Ce trouble concerne au moins trois dimensions". Selon Gabriel Wahl, le problème de l'hyperactivité vient du terme lui-même, "un peu trompeur". "Il ne semble désigner qu'une dimension, l'activisme, alors que ce trouble concerne au moins trois dimensions", explique le médecin dans Il n'y en a pas deux comme elle. Ce dernier liste ainsi l'ensemble des symptômes que sont "le trouble de l'attention - le déficit de l'attention et de la concentration, l'agitation et l'impulsivité".

"Le diagnostic se fonde sur le déficit de l’attention". Cette situation, où l'agitation semble la dimension première, est un paradoxe pour Gabriel Wahl, "car l'agitation est un symptôme qui n'est pas impératif au diagnostic". On peut donc être hyperactif, sans afficher une sur-agitation. "Le diagnostic se fonde sur le déficit de l'attention, de la concentration et de l'impulsivité. (...) L'hyperactivité n'est pas le fait d'être très actif, c'est le fait d'être désordonné dans l'action, impulsif, de manquer d'endurance et de se précipiter", assure le psychiatre. Même s'il existe des auto-diagnostics en ligne, le spécialiste rappelle également que l'avis d'un médecin est nécessaire pour conclure à une évaluation fiable.

>> Retrouvez l'intégrale de l'émission Il n'y en a pas deux comme elle ici