L'homéopathie contre les allergies : est-ce efficace ?

  • A
  • A
L'homéopathie contre les allergies : est-ce efficace ?
@ AFP
Partagez sur :

Avec le retour des beaux jours, les allergies saisonnières pointent le bout du nez. L'homéopathie est-elle une solution miracle pour être soulagé rapidement ? 

Pollens, acariens, poils de chat… Pour certains d'entre nous, ces mots sont synonymes de véritables tracas. Et avec le retour du printemps, c'est encore pire. Le Réseau national de surveillance aérosiologique (RNSA) a, par exemple, lancé, pour une grande partie du nord de la France, une alerte rouge sur les pollens de bouleau, particulièrement gênants. Pour se soigner, il existe bien sûr les traitements médicamenteux habituels dits allopathiques. Certaines personnes préfèrent se tourner vers l'homéopathie, considérée comme une médecine plus douce. En 2012, une enquête de l'Ipsos révélait ainsi que 56% des Français utilisaient des médicaments homéopathiques. Mais cette médecine a aussi ses détracteurs qui la juge inefficace. Est-elle vraiment efficace contre les allergies ? Europe 1 a posé la question à des allergologues et médecins homéopathes.

Ce qu'en dit un médecin homéopathe. De la part d'un médecin homéopathe, on ne pouvait s'attendre à une autre réponse. "Bien sûr que c'est efficace", affirme Bernard Chemouny. Et face aux détracteurs qui mettent en avant l'effet placebo d'un tel traitement, il rétorque : "Je n'ai à convaincre personne. Les gens sont assez sensés et intelligents pour voir l'efficacité".  Et enfonce le clou : "Ils ne me confieraient pas leurs bébés s'ils pensaient que l'on est dangereux et incompétent". Lui explique que pour les allergies graves qui sont difficiles et rebelles, les traitements homéopathiques doivent venir en complément des traitements traditionnels. "Ils permettent de prendre les traitements allopathiques en moins grandes quantités et de mieux les supporter", assure-t-il, avant d'ajouter : "Mais pour les cas les plus courants, ça peut suffire complètement".

Ce qu'en disent les allergologues. Du côté des allergologues, on n'exclut pas l'homéopathie, par principe, loin de là. "A partir du moment où un médecin, qui est diplômé de médecine d'Etat, est compétent, quelle que soit son orientation, je lui fais confiance", confie le docteur Farid Marmouz. Mais il tient aussi à mettre les choses au clair: "Dès lors que les problèmes sont récurrents, sévères, ou à long terme, il faut un bilan allergologique". "Pour l'asthme", poursuit-il, "il faut en plus des explorations respiratoires. Et les traitements allopathiques sont indispensables sinon il y a un risque de crise d'asthme aigue". Il rappelle aussi que "1.500 patients asthmatiques meurent chaque année faute d'avoir été pris en charge correctement".

Le docteur Madeleine Epstein est elle un peu plus sceptique : "J'ai par exemple reçu hier en urgence un patient qui n'était pas satisfait avec son traitement homéopathique. Quand ils viennent chez moi, c'est que généralement, ça ne marche pas". Si elle explique ne "pas croire du tout" à l'homéopathie, elle ne prône pour autant pour "sa disparition". Selon cette dernière, ça permet au patient de patienter jusqu'à l'évolution favorable de la maladie. 

Nicole Simon réunit elle les deux chapelles. Cette allergologue pratique en effet l'homéopathie. "Je peux proposer de la désensibilisation pour les acariens, les pollens ou encore les poils de chats". "L'homéopathie fonctionne très bien. Au bout d'un an et demi, on a par exemple de très bons résultats avec les acariens", affirme-t-elle. "Pour les pollens, je préfère la désensibilisation classique mais lorsque les gens arrivent trop tard, l'homéopathie est intéressante car en un mois, on peut désensibiliser les gens". Elle a trouvé la formule pour désigner le rôle que doit avoir l'homéopathie dans le traitement des allergies : "On met le couvercle sur la casserole. On atténue les symptômes, c'est un complément".

Ce qu'en dit un médecin généraliste. Pour Martine Perez, médecin généraliste, interrogée dans "Le Grand Direct de la Santé", "il n'est pas question d'abandonner son traitement pour se convertir à l'homéopathie dans le cas de l'asthme qui est une maladie potentiellement dangereuse". "En revanche", poursuit-elle, "on peut l'essayer sans risque face à la rhinite allergique qui vous donne des démangeaisons, le nez qui coule, les oreilles qui grattent ou les yeux qui pleurent". Mais la médecin rappelle aussi que "toutes les académies de France et de Navarre expliquent que tous les essais cliniques réalisés par des experts indépendants sur des médicaments homéopathiques n'ont jamais mis en évidence la moindre efficacité". 


Homéopathie : peut-elle guérir les allergies ?par Europe1fr