L’hépatite C en voie d’éradication en France ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le traitement de cette maladie virale, la seule à pouvoir être soignée, se généralise, un an après la décision de le rendre accessible à tous. 

L’hépatite C est responsable de 2.500 décès par an en France. Pourtant, l’espoir existe d’éradiquer en France cette maladie virale qui se transmet essentiellement par voie sanguine et attaque le foie, alors incapable d'assurer ses fonctions vitales. Car le virus est aujourd’hui le seul à être pouvoir soigné, grâce à de nouveaux traitements arrivés il y a trois ou quatre ans et efficaces à 95%. Au départ, peu de patients avaient accès aux traitements, trop chers, de l’ordre de 70.000 euros en 2013. Mais il y a un an, Marisol Touraine, alors ministre de la Santé, avait décidé de les rendre accessible à tous et remboursés à 100% par la Sécurité sociale. Désormais, l’espoir d’une éradication en France est réel.

"On retrouve le goût de vivre". "Ça m’a vraiment sauvé la peau, car j’ai tout de suite été guéri, et deux ans plus tard, je revis complètement", témoigne pour Europe 1 Marc, diagnostiqué il y a dix ans et qui a enfin eu accès au nouveau traitement. On retrouve de l’énergie de la vitalité, le goût de vivre. On est capable à nouveau de faire des projets, dans le sens où on a l’énergie pour. C'est un soulagement incroyable."

75.000 malades qui s'ignorent. Comme lui, l'an dernier, 15.000 patients ont bénéficié de ces traitements efficaces. Et maintenant que l'on peut guérir la maladie, l'objectif, pour les médecins, est d'éradiquer l'hépatite C en France. A condition de lancer une grande campagne de dépistage. "L’hépatite C est souvent une maladie sans aucun symptôme, donc les gens l’ignorent. Et on estime que 75.000 personnes en France ont l’hépatite chronique C mais ne le savent pas", rappelle le professeur Dominique Thabut, gastro-entérologue et hépatologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. "Donc avec un dépistage universel, on saura quels sont les personnes atteintes, on pourra les traiter et éradiquer la maladie."

Mais cette campagne de dépistage coûtera forcément cher, puisque le prix du traitement, même s'il a diminué, reste très élevé. Aux alentours de 50.000 euros par personne.