Les médecins généralistes appelés à augmenter le prix de la consultation

  • A
  • A
Les médecins généralistes appelés à augmenter le prix de la consultation
@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Deux des principaux syndicats de médecins généralistes appellent lundi les professionnels à augmenter de deux euros le prix de leur consultation.

Le prix des consultations auprès des médecins généralistes va-t-il bientôt augmenter ? C'est en tout cas le but de l'appel lancé aux professionnels par deux des principaux syndicats de médecins généralistes, lundi. Si leurs revendications étaient entendues, la consultation pourrait augmenter de deux euros, à quelques semaines du début des négociations avec l'Assurance maladie qui doivent fixer de nouveaux tarifs.

De 23 à 25 euros. L'Unof-CSMF et MG France ont décidé de demander aux généralistes exerçant en secteur 1 de porter le prix de la consultation de 23 à 25 euros à la suite des résultats d'une enquête lancée début décembre avec la FMF qui interrogeait les médecins libéraux sur les actions qu'ils étaient prêts à faire en début d'année.

Une hausse réalisée sans le consentement de l'Assurance maladie, que les deux syndicats proposent de "justifier" en appliquant un "dépassement pour exigence". Selon la Convention médicale, en cas de "circonstances exceptionnelles de temps ou de lieu dues à une exigence particulière du malade non liée à un motif médical", le praticien peut en effet facturer un montant supérieur au tarif opposable. 

25 euros... Pour l'équité. "Dans la quasi-totalité des cas, la mutuelle rembourse le dépassement d'honoraire aux patients", assure le Dr Claude Leicher, président de MG France qui, en mai, avait été menacé de sanctions par sa caisse d'assurance maladie après avoir déjà appliqué cette hausse tarifaire. "25 euros, c'est la base pour avoir une équité de traitement avec les autres spécialités après cinq ans de blocage tarifaire, mais cela ne fixe pas le montant que l'on souhaite obtenir avec la nouvelle convention", a poursuivi le Dr Leicher.

A la mi-février, doivent débuter les négociations autour de la nouvelle convention médicale qui régit les relations entre les médecins et l'Assurance maladie pour une durée de cinq ans et réglemente notamment leurs honoraires.

L'Assurance maladie en opposition. "Parler d'une stagnation des revenus est inexact et trompeur", estime de son côté l'Assurance maladie, qui rappelle que les médecins généralistes ont bénéficié de nouveaux éléments de rémunération (majoration personnes âgées, forfait médecin traitant, rémunération sur objectifs de santé publique, etc.) ayant eu pour effet "d'augmenter leur rémunération de 8,9% sur les quatre dernières années". "Commencer l'année en appelant à sortir des règles tarifaires, c'est une drôle de manière de défendre le modèle conventionnel auquel les syndicats disent par ailleurs être attachés", avait réagi en décembre le directeur général de la Caisse nationale d'Assurance maladie, Nicolas Revel.