Les maladies cardiovasculaires n'épargnent pas les femmes

  • A
  • A
Partagez sur :

Une femme sur trois meurt d'une maladie cardiovasculaires en France. Des facteurs de risque spécifiques aux femmes existent, explique le médecin Gérald Kierzek, mercredi sur Europe 1.

Infarctus du myocarde, AVC...les maladies cardiovasculaires ne sont pas l'apanage des hommes. Elles sont même devenues les premières causes de mortalité féminine. Une femme sur trois meurt ainsi d'une maladie du cœur chaque année, selon les chiffres de la fédération française de cardiologie, présentés en 2014. 

Des symptômes difficiles à diagnostiquer. Les symptômes des maladies cardiaques sont parfois difficiles à diagnostiquer (plus d'infos dans notre article ici), car ce sont des symptômes moins vifs ou plus rares, comme des nausées, un mal de dos. "Les patients n'y pensent pas et les médecins non plus, ce qui entraîne un retard de diagnostic", précise le médecin Gérald Kierzek, mercredi sur Europe 1.

Des facteurs de risque. Plusieurs facteurs expliquent que les maladies cardiovasculaires sont fréquentes chez les femmes. D'abord, leurs artères sont plus fines que celles des hommes et s'obstruent donc plus facilement. Leur mode de vie s'est aussi rapproché de celui des hommes : "Le tabagisme des femmes a augmenté, c'est un facteur de risque important", souligne le médecin. La pilule contraceptive, associée au tabac, est également soupçonnée de favoriser ce type de maladies tout comme l'obésité et la sédentarité.

Un phénomène hormonal. Les femmes de plus de 55 ans sont plus fragiles que les autres, fait remarquer Gérald Kierzek. "Le phénomène hormonal qui protégeait les femmes jusqu'à la cinquantaine ne protège plus après la ménopause", détaille le médecin qui précise toutefois que les 25-45 ans ne sont pas épargnées pour autant.