Les ganglions : que nous disent-ils ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Ils nous inquiètent quand ils grossissent. Ils nous inquiètent lorsqu'à l'inverse on ne les sent pas : le rôle des ganglions reste mal connu. Dans Questions de santé, Gérald Kierzek explique en détail leur apport essentiel au bon fonctionnement de notre corps.

Gérald Kierzek les surnomme les "vigies du corps humain". Lorsqu'une plaie ou une infection survient, les ganglions sont nos meilleurs alliés pour lutter contre les corps étrangers. Dans Questions de santé, le médecin revient sur leur rôle et sur l'intérêt, aussi, de surveiller leur évolution.

>> Les ganglions, un rôle d'alerte ? Les ganglions font partie du système lymphatique qui fonctionne parallèlement à la circulation sanguine. La lymphe va mettre en contact les anticorps et les antigènes quand un élément extérieur au corps, un virus ou une bactérie, pénètre dans l'organisme. Bourrés de globules blancs (les lymphocytes), les ganglions combattent l'infection et se mettent à grossir. "L'expression triviale 'j'ai les boules' provient de là, lorsque les ganglions de la gorge sont enflés", sourit Gérald Kierzek. C'est une réaction saine et signe que le système immunitaire est en train de se battre. 

Ainsi, une blessure à la main peut faire réagir des ganglion situés au niveau du coude. Si le mal se situe plus haut, ce sont les ganglions situés dans la gorge qui réagiront.

>> Où faut-il se palper pour surveiller leur grosseur ? On estime qu'un ganglion fait environ 1 cm. Pour détecter un éventuel ganglion suspect, le médecin recommande de se palper régulièrement : "Cela fait partie des gestes de santé", assure Gérald Kierzek. Sous les aisselles, le sein, les plis inguinaux (au début de la cuisse), au dessus des clavicules dans le cou. "Si l'on ressent une grosseur, il faut aller consulter", explique le docteur.

>> Un ganglion gonflé : est-ce forcément mauvais signe ? "S'il fait moins d'1 cm, vous ne le sentirez même pas", précise Gérald Kierzek. Il faut donc aller consulter pour déterminer si la grosseur est bénigne ou non. Le médecin procédera donc à une cytoponction avec une aiguille dans le ganglion pour en prélever un échantillon qui sera analysé. Il se peut aussi que des ganglions soient gonflés : c'est l'adénopathie qui survient au moment où les ganglions sont sollicités pour combattre une infection.

Mais il arrive que le système lymphatique déraille et que des pathologies cancéreuses se manifestent au niveau des ganglions, lorsque ceux-ci sont gonflés. Dans tous les cas, il faut aller consulter.

>> Peut-on se faire retirer les ganglions ? "Il n'y a pas d'intérêt", répond le médecin. "Hormis dans les cas de pathologies cancéreuses où l'on retire la tumeur et les ganglions lorsque ceux-ci sont contaminés par les cellules cancéreuses". Le docteur rappelle que dans le cas d'une infection, un ganglion gonflé n'est pas la cause, mais la conséquence. "Si on traite l'infection, le ganglion va diminuer", conclut Gérald Kierzek.