Les cinq avancées médicales de 2015

  • A
  • A
Les cinq avancées médicales de 2015
Des chirurgiens toulousains ont réussi une opération à cœur fermé. @ Capture d'écran YouTube
0 partage

DANS LE RÉTRO - Prise de sang sans aiguille, autotest pour le sida, poumon artificiel,… L'année 2015 a apporté son lot d'innovations médicales. 

Ces prouesses médicales pourraient bien révolutionner notre vie. Entre les techniques novatrices au bloc opératoire, les avancées technologiques au service de tests quotidiens ou l'hypnose lors d'opérations, Europe 1 vous présente 5 innovations médicales qui ont marqué l'année 2015.

  • Les autotests Sida

C'est probablement la plus grande avancée médicale de l'année. Désormais, il est possible de savoir en quelques minutes si oui ou non vous êtes porteur du virus du Sida. Depuis la mi-septembre, des autotests fiables à 99% sont en vente dans toutes les pharmacies. Dans une petite boîte, vous trouverez une lingette désinfectante, une compresse, un pansement et un kit avec une petite aiguille et enfin le test lui-même.

Sida-se-tester-soi-meme-mode-d-emploi

Un peu à la façon des tests pour les diabétiques, il suffit de vous désinfecter le doigt puis de le piquer avant d'analyser le résultat. Ce nouveau mode de dépistage est une avancée considérable pour les spécialistes de la lutte contre le Sida puisqu'en France, on estime que 30.000 personnes sont porteuses du VIH sans le savoir. Gros bémol de cet autotest : son prix trop élevé (25 à 30 euros… et non remboursé par la Sécurité sociale).

  • L'opération à cœur fermé

Trois enfants ont été opérés avec succès à cœur fermé, début décembre au CHU de Toulouse. En utilisant  "l'EchoNavigator", un nouveau logiciel de visualisation en 3D, le travail des chirurgiens a été largement facilité. Les médecins passent ainsi par une veine et évitent d'ouvrir le cœur des enfants victimes de malformations.

Comment ça marche concrètement ? Le logiciel permet d'afficher sur le même écran et en 3D l'échographie du cœur de l'enfant et les rayons X au moment où les médecins introduisent la sonde avec laquelle ils procèdent à la réparation des malformations cardiaques. Une quarantaine d'enfants devraient pouvoir bénéficier de cette technologie d'ici deux ans.

  • La prise de sang sans aiguille

Oubliez l'aiguille qui terrorise toute personne qui doit donner son sang ! Google X, la filiale chargée des projets futuristes, a déposé un brevet qui pourrait bien révolutionner la prise de sang. Au lieu de prélever du sang grâce à une aiguille, cette nouvelle méthode permettrait d'extraire une toute petite quantité de sang par aspiration au travers de la peau. Cette micro piqûre est totalement indolore par rapport aux aiguilles traditionnelles. Le dispositif pourrait être complété par une montre connectée permettant d'analyser les données du sang dans la foulée. 

  • Le poumon artificiel

Cancer-du-poumon-une-etape-franchie-pour-un-nouveau-test-de-depistage

Après le cœur, voici maintenant le poumon artificiel. Pour le poumon, on ne remplace pas l'organe défectueux. Pas besoin donc de chirurgie, pas besoin non plus de retirer le ou les poumons malades. En fait, il s'agit d'un troisième poumon mais qui ne ressemble pas du tout à un poumon. Cela sera en fait un dispositif portatif probablement caché dans une ceinture sous la poitrine. Le Centre chirurgical Marie-Lannelongue, situé dans les Hauts-de-Seine, qui a annoncé cette révolution médicale, promet les premières implantations dans moins de 5 ans.

  • L'hypnose en chirurgie

D'une voix douce et monotone, l'anesthésiste fait rentrer le patient dans un état dissocié, où il est toujours conscient. Des chercheurs de l'Inserm ont validé l'utilité de l'hypnose en chirurgie sous anesthésie : extraction de dents de sagesse sous anesthésie, biopsie mammaire, interruption de grossesse... Dans tous ces cas, la technique permet de réduire la consommation de sédatifs d'une part, mais aussi d'antidouleurs. Dans les prochaines années, l'hypnose devrait se multiplier pour les opérations. A l'hôpital Trousseau à Paris, la technique est même utilisée en chirurgie pédiatrique