Les bébés sont-ils aussi sensibles à la douleur que les adultes ?

  • A
  • A
Les bébés sont-ils aussi sensibles à la douleur que les adultes ?
@ DIDIER PALLAGES / AFP
Partagez sur :

SENSIBILITÉ - Une étude montre pour la première fois que le seuil de tolérance des nouveau-nés est inférieur à celui des adultes. 

C’est la toute première fois que des chercheurs étudient le cerveau de nouveau-nés grâce à l’imagerie médicale (IRM). Avec ces travaux, des scientifiques de l’Université d’Oxford affirment que les bébés ressentent la douleur, comme les adultes. Explications.

Des nourrissons âgés de 1 à 6 jours. Pour mener à bien leur étude, dix nourrissons âgés de un à six jours ont reçu des petites piqûres sur la plante des pieds. "On pensait qu’il était impossible d’étudier la douleur chez les bébés en utilisant l'IRM car ils s’agitent trop dans le scanner", explique Rebeccah Slater, une des auteurs de l’étude. "Mais, comme les enfants ont moins d’une semaine, ils sont plus calmes et leurs parents ont pu les endormir dans le scanner". Les chercheurs britanniques ont ensuite réalisé la même expérience sur dix adultes âgés de 23 à 36 ans pour mieux comparer les résultats.

Les mêmes zones cérébrales qui réagissent. Les chercheurs de l’Université d’Oxford, qui publient leurs résultats dans la revue eLife, ont constaté que les zones du cerveau qui sont activées par la douleur sont les mêmes chez patients adultes que chez les bébés. Il faut également noter que les piqures étaient moins importantes sur les nourrissons. Autrement dit, les bébés ressentiraient certainement davantage la douleur que leurs aînés.

IRM-nouveau-nés

© Les zones activées par la douleur sont les mêmes chez les adultes et chez les bébés.

Améliorer la prise en charge de la douleur. Les chercheurs espèrent que les résultats de cette étude pourront permettre à l’avenir d’améliorer l’attention autour des bébés malades. Dans leur étude, les scientifiques d’Oxford rappellent que six nouveau-nés hospitalisés sur dix ne reçoivent pas de médicament contre la douleur alors qu’ils subissent des traitements lourds et répétitifs.