Les algues sargasses, le cauchemar des Caraïbes

  • A
  • A
Les algues sargasses, le cauchemar des Caraïbes
Photo prise sur la plage de la commune de Saint-Anne, d'algues sargasses envahissant les côtes de la Martinique@ PATRICE COPPEE / AFP
Partagez sur :

Ces algues brunes s'étalent sur des dizaines de kilomètres. Et cela peut être dangereux pour les habitants qui vivent au bord de la mer.

Ce week-end commence une mission scientifique de grande ampleur dans les Antilles pour faire des recherches sur le nouveau fléau de la région : les algues Sargasses qui envahissent la région et les côtes Antillaises, des côtes du Brésil et de Guyane. Depuis quatre ans, des milliers de tonnes s'accumulent le long des côtes antillaises. Une équipe de scientifiques français part en expédition à bord du navire océanographique Antéa dans les Antilles tropicales pendant un mois pour en savoir plus sur ce phénomène apparu en 2011 qui détruit la biodiversité et provoque des pertes économiques considérables.

En Martinique, en Guadeloupe, en Guyane, les algues sargasses sont devenues le cauchemar des habitants. Ces algues brunes s'étalent sur des dizaines de kilomètres à la surface de l'Atlantique. Et elles réapparaissent dès que l'eau commence à se réchauffer. Une équipe de 10 scientifiques part donc dans cette zone pendant un mois.

"Elles pourrissent et libèrent de l’hydrogène sulfuré, dangereux pour les habitants". "On veut comprendre pourquoi ces algues prolifèrent depuis peu de temps dans les Caraïbes", explique Thierry Thibaut, chercheur à l'institut méditerranéen d'océanologie : "on va plonger en plein milieu de l’Atlantique pour prélever la faune et la flore associées à ces espèces. Ce sont des millions de tonnes qui s’échouent d’un coup sur les plages. Et le problème c’est que, quand elles ne sont pas ramassées, elles pourrissent et libèrent de l’hydrogène sulfuré, dangereux pour les habitants qui vivent au bord de la mer".

Les scientifiques veulent aussi étudier comment fonctionne cet "éco-système flottant". Car ces immenses radeaux attirent les grands prédateurs, comme les thons et les requins, mais on voit aussi, au milieu de ces kilomètres d'algues sargasses, des espèces rares de poissons qu'on ne trouve nulle part ailleurs sur la planète.