L'épidémie de grippe se propage, moins de formes graves que l'an dernier

  • A
  • A
L'épidémie de grippe se propage, moins de formes graves que l'an dernier
@ MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Onze personnes sont mortes depuis le démarrage de l'épidémie de grippe en France. C'est trois fois moins que l'an dernier.

Près de 350.000 personnes ont été touchées en deux semaines par l'épidémie de grippe qui se propage sur le territoire métropolitain, avec moins de formes graves que l'an dernier et ce, malgré une efficacité vaccinale limitée, indique mercredi l'Institut de veille sanitaire (InVS).

Trois fois moins de morts. Depuis le 1er novembre, 89 cas graves ont été admis en réanimation, dont 11 sont décédés, soit trois fois moins que le taux observé lors des deux dernières saisons grippales "à la même période de l'épidémie", souligne l'InVS dans son bulletin hebdomadaire. La majorité des malades, âgés en moyenne de 58 ans, avaient des facteurs de risques, et seulement 19 étaient vaccinés.

Un vaccin moyennement efficace. L'InVS reconnait toutefois que le vaccin pourrait avoir une efficacité réduite dans la mesure où 50% des virus grippaux circulants en France métropolitaine cette saison sont de type B Victoria, non inclus dans la composition du vaccin. Mais, ajoute l'InVS, cela devrait avoir "un impact limité" car le virus B Victoria touche actuellement davantage les enfants et génère moins de forme graves que le virus de type A inclus dans le vaccin. "Il est toutefois important de rester vigilant à toute nouvelle évolution de l'épidémie", ajoute l'institut. La composition du vaccin contre la grippe change chaque année en fonction des recommandations de l'Organisation mondiale de la santé.

L'épidémie gagne du terrain. Selon le réseau de surveillance Sentinelles-Inserm, 193.000 personnes ont consulté un médecin pour des syndromes grippaux la semaine dernière, soit un taux de 297 cas pour 100.000 habitants, au-dessus du seuil épidémique (168 cas pour 100.000 habitants), contre 246 cas pour 100.000 habitants la semaine précédente. Les régions les plus touchées la semaine dernière étaient Rhône-Alpes avec 690 cas pour 100.000 habitants et Provence-Alpes-Côte d'Azur avec 469 cas. L'Institut de recherche pour la valorisation des données de santé (Irsan), qui se base sur des données fournies en temps réel par SOS Médecins, évalue pour sa part le nombre de personnes touchées par l'épidémie de grippe à près de 500.000 à la date du 8 février.

La gastro toujours bien présente. L'Irsan note également "un léger fléchissement" de l'augmentation des cas de grippe, ce qui pourrait indiquer "la fin de la progression rapide dans les jours qui viennent". "Les vacances scolaires de février pourraient stopper la dynamique de la grippe assez rapidement", estime pour sa part Laurent Toubiana, chercheur à l'Inserm et directeur de l'Irsan. Par ailleurs, côté "gastro", depuis le début de l'épidémie il y a cinq semaines, 706.000 personnes ont consulté un médecin pour une diarrhée aigüe, d'après le réseau Sentinelles qui estime à 138.000 le nombre de nouveaux cas survenus la semaine dernière. Les régions les plus touchées étaient le Poitou Charente (511 cas pour 100.000 habitants) et la Champagne-Ardennes (313/100.000).