Le "triangle jaune" pour SDF qui scandalise Marseille

  • A
  • A
Le "triangle jaune" pour SDF qui scandalise Marseille
@ MAXPPP
29 partages

POLÉMIQUE - Destinés à faciliter la prise en charge sanitaire des personnes vivant dans la rue, le dispositif et le symbole choisi - un "triangle jaune" - sont critiqués. Mercredi, la ministre de la Santé a jugé le dispositif "contraire à l'éthique".

La "bonne intention" a viré à la polémique. Mardi soir, Xavier Mery, l'adjoint au Maire de Marseille délégué à l'intégration et à la lutte contre l'exclusion, s'est dit "scandalisé" par les critiques concernant la "carte secours" distribuée aux SDF de la ville et a réaffirmé l'intérêt du dispositif. A l'origine du scandale, la symbolique utilisée pour cette "carte d'identité" sanitaire : un triangle jaune.

Une initiative "respectable"… sur le papier. Lancée à la rentrée par le SAMU social de la ville de Marseille, la "carte secours" destinée aux SDF a pour but de faciliter leur prise en charge par les secours. Cette carte "permet avant tout aux pompiers et au personnel soignant de recueillir des données essentielles afin d'identifier, d'aider efficacement et souvent de sauver la vie" des SDF, a affirmé mardi soir Xavier Mery dans un communiqué visant à défendre "une action respectable" contre "les mauvais esprits".

Cette "carte d'identité" sanitaire, distribuée à ce jour à 300 SDF de Marseille "ne contient aucune information médicale destinée à rester confidentielle autre que le groupe sanguin du porteur", selon la mairie de Marseille.



Quelles informations figurent sur cette carte secours ?Dans les reportages consacrés au sujet par la presse locale lors du lancement du dispositif, on distingue clairement sur la carte les champs "date de naissance, "médecin traitant", "structure référente" "personne à prévenir", "numéro de sécurité sociale" et "pathologies". Le SDF est invité à porter cette carte autour du cou "en collier".

marseilletv

© MARSEILLE TV

Un "triangle jaune" qui passe mal. Officiellement présenté fin octobre, le dispositif n'avait, dans un premier temps, pas suscité de réactions particulières. Mais lundi, une tribune libre sur le site Agora Vox dénonçait "une initiative plus que douteuse qui rappelle des heures sombres de notre histoire". En cause : le triangle jaune au dos de la carte qui peut évoquer, en effet, à la fois l'étoile jaune imposée par les Nazis aux Juifs et le triangle rose utilisé dans les camps pour désigner les homosexuels.

Dénonçant "une stigmatisation" des SDF, une centaine de personnes se sont rassemblées mercredi devant l'hôtel de ville de Marseille pour protester à l'initiative de "Jugement dernier", un collectif de personnes vivant dans la rue. Parmi les manifestants, un membre d'Emmaüs portait un panneau présentant tous les signes distinctifs imposés dans l'Allemagne nazie à différentes catégories de population, et les comparant au triangle jaune de cette carte santé avec une mise en garde: "Attention danger!".

cs

© CAPTURE MARSEILLE TV

Un débat au-delà du seul "triangle jaune". Contactée par Europe1, l'équipe mobile de la Croix-Rouge de Marseille qui va régulièrement à la rencontre des SDF lors de maraudes est dubitative sur le dispositif. " En maraude, les personnes dans la rue nous disent rarement leur nom même quand on les connait depuis longtemps, elles préfèrent donner un surnom", souligne-t-on en pointant la question des "libertés individuelles" : "c'est délicat de demander à quelqu'un son numéro de sécurité sociale comme cela et puis porter cette carte autour du cou cela ressemble à une étiquette que l'on vous colle".

Même son de cloche du côté du Secours Populaire de Marseille qui ne voit pas vraiment "l'utilité" de cette carte pour des informations qui peuvent être facilement obtenues "en parlant, en dialoguant et en étant à l'écoute de la personne à la rue".

"Contraire à l'éthique" pour la ministre de la Santé. En marge d'une visite pour les assises des CHU et le salon professionnel HopitalExpo Méditerrané à Marseille, Marisol Touraine a, elle aussi, critiqué le dispositif : "au-delà du caractère désagréable de voir un triangle jaune apposé sur les vêtements de certains de nos concitoyens, je veux dire qu'il n'est pas acceptable que l'état de santé, les pathologies des cityoyens soient inscrites noir sur blanc sur leur poitrine", a-telle réagi."Cette démarche me paraît absolument contraire à toute l'éthique qui doit présider à la prise en charge sanitaire de nos concitoyens et je souhaite que les initiateurs de cette démarche y mettent fin le plus rapidement possible", a conclu la ministre.