Le nombre d'adultes diabétiques a quadruplé en 35 ans, alerte l'OMS

  • A
  • A
Le nombre d'adultes diabétiques a quadruplé en 35 ans, alerte l'OMS
Image d'illustration.@ FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :

L'OMS tire la sonnette d'alarme dans un rapport publié mercredi sur cette maladie chronique grave souvent liée à l'obésité.

Quelque 422 millions d'adultes dans le monde souffrent de diabète, soit quatre fois plus qu'en 1980, selon le premier rapport global de l'OMS publié mercredi. Cette maladie chronique, dont la progression est liée notamment au fléau croissant de l'obésité, a pris une "énorme" ampleur.

Presque 4 millions de morts. A l'échelle mondiale, l'OMS estime que 422 millions d'adultes vivaient avec le diabète en 2014, comparé à 108 millions en 1980. Cette maladie frappe 8,5% de la population adulte dans le monde, soit deux fois plus qu'en 1980, en raison de la hausse des facteurs de risques tels le surpoids et l'obésité. En 2012, le diabète a tué 1,5 million de personnes dans le monde, auxquels il faut ajouter 2,2 millions de décès causés par des maladies liées au diabète, ce qui fait un total de 3,7 millions de décès.

Aussi dans les pays pauvres. Le diabète "n'est plus une maladie prédominante dans les pays riches, le diabète augmente sans répit partout, de façon plus marquée dans les pays à revenu intermédiaire", affirme la directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan. Plus de la moitié des diabétiques dans le monde habitent en effet en Asie du Sud-Est et dans la région Pacifique, où les habitudes alimentaires ont beaucoup changé ces dernières années.

Des traitements inaccessibles. Le diabète est une maladie chronique grave qui apparaît lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d'insuline (l'hormone qui régule la concentration de sucre dans le sang) ou lorsque l'organisme n'utilise pas correctement l'insuline qu'il produit. D'après l'OMS, l'insuline et les hypoglycémiants ne sont en général pas disponibles dans les pays pauvres. En outre, les médicaments essentiels pour contrôler le diabète, tels que ceux qui permettent de faire baisser la tension artérielle, sont rarement disponibles dans ces mêmes pays et dans ceux à revenu moyen.